Les rêves parlent

Publié: 31 octobre, 2008 dans souvenirs
Tags:, ,

Dans la deuxième moitié des années ’70, j’écoutais presque tous les soirs, avant de m’endormir, une émission à la radio dont le titre était « Les rêves parlent ». Cette émission était animée par Jean Roussier, un parapsychologue qui pratiquait l’hypnose de façon assez particulière, en amenant les gens à régresser dans le temps, assister à leur propre naissance et même, aller encore plus loin en arrière. C’était parfois assez spectaculaire.

Un cas, assez unique, a fait l’objet d’un livre que l’auteur a rendu disponible sur le web à cette adresse voyage dans l’inconscient (à ceux qui n’ont pas le temps de tout lire, je recommande d’aller directement au chapitre 3).  

Les expériences de Jean Roussier m’impressionnaient tellement que je m’étais rendu sur place, dans un petit resto-bar sur Viau pour assister à un des enregistrements (même si je n’avais pas encore l’âge légal). 

Par la suite, avec un groupe d’amis, nous avons commencé à nous intéresser également à l’hypnose et avons reproduit ces expériences de régression dans le temps avec des résultats assez amusants. Chacun notre tour, nous régressions progressivement dans nos souvenirs, à l’été précédent, le printemps d’avant, le 1er jour de classe, etc, toujours de plus en plus loin jusqu’à ce que les souvenirs soient soit imaginés, soit trop lointains pour faire partie de nos souvenirs conscients. On assistait, ému, à notre propre naissance.

Et, évidemment, on poussait l’aventure encore plus loin, avant même d’exister, se retrouvant dans la peau des uns et des autres, avec des souvenirs, des paysages différents. Réels ou inventés, on ne pouvait trop dire, mais l’expérience était amusante et alimentait nos recherches et nos discussions. 

Et puis un jour, nous nous sommes dit: Si on peut régresser sous hypnose, pourquoi ne pourrions-nous pas également voir le futur. Et nous avons vu notre avenir. Des images qui sont restées gravées en moi. J’étais dans un sous-sol, dont la disposition ressemble pas mal à celui de ma maison actuelle et j’y avais aménagé une sorte de laboratoire où je travaillais à reproduire des hologrammes, des images en 3 dimensions avec des sortes de lasers (nous étions à la fin des années ’70, avant l’apparition sur le marché des premiers micro-ordinateurs). La partie plus inquiétante était que je ne franchissais pas la quarantaine… Après cette étape, je n’étais plus dans le même corps. Honnêtement, j’ai beau être sceptique de nature et toujours prendre ce genre d’expérience avec un grain de sel, ces images d’une clarté limpide m’ont suivie toute ma vie et j’ai eu une sorte de soulagement quand j’ai enfin eu 41 ans. 

commentaires
  1. J’ai une amie de mon âge qui est allée voir une diseuse de bonne aventure quand elle avait trente ans. Celle-ci lui a dit qu’elle mourrait dans un accident de voiture dans la cinquantaine. Mon amie est devenue phobique des voitures, ne se rend plus nulle part si ce n’est en métro, en autobus ou à pied. Terrible!

  2. Solange dit :

    Notre subconcient peut nous faire à croire bien des choses et ces experiences sur le cerveau me laisse perplexe.

  3. Encre dit :

    :-))

    Je suis également très sceptique face à l’hypnose, et encore plus lorsqu’il s’agit de régression qui prétendent nous ramener à moins de 12 ou 18 mois, avant l’aquisition du langage. Ultra sceptique devant les régressions in utéro, et *totalement incrédule* face aux régressions « dans un autre corps ». Le cerveau est l’organe de la mémoire (et de la pensée, et de la sensation, et des sentiments). Autre corps = autre cerveau = autre mémoire 😉

    Il y a bien sûr ce que j’aimerais croire, mais là, on est dans l’ordre des désirs 😉

    Ceci dit, j’aime tellement l’humour qu’il y a dans chacun de tes billets. Qui ne souhaiterait être l’ami de Pierre Forest, dites-le moi!!!? 🙂 🙂 😀

  4. Plus je vous lis, cher Pierre, plus je vous trouve un côté flyé et même carrément ésotérique sous des apparences pourtant tellement rationnelles et pragmatiques. Vous êtes une énigme vivante!

  5. pierforest dit :

    @FemmeLibre: Je n’ai jamais été voir de voyantes parce que d’une part, je ne sens pas le besoin de connaître l’avenir et que d’autre part, il y a tellement de charlatan dans ce domaine que les chances d’être escroqués sont assez importantes. Mais il y a des cas assez étranges, dépassant notre compréhension qui me font penser qu’il y a là des phénomènes que nous ne comprenons pas maintenant, mais que nous comprendrons peut-être un jour. Le temps n’est peut-être pas ce qu’on croit et les expériences qui se font en physique quantique remettent bien des choses en question. Qui sait si ces voyants n’ont pas, à certains moments qu’ils ne contrôlent pas nécessairement une capacité à percevoir un temps qui n’est pas celui dans lequel on est. De là à en faire une carrière à la télé à $4.95 la minute, c’est autre chose bien sûr. 🙂

    Une énigme vivante?? Ah tiens, ça me plaît bien ça. loll

    @Solange: Ah oui, le subconscient est un outil très puissant. Il y a deux ans, j’ai été voir une psychologue qui se spécialisait en hypnose et en biofeedback. Il y a des moments de vie, où je me sens en contrôle total et où je me sens capable de déplacer des montagnes et il y a d’autres moments, où je me sens complètement démuni. En gros, mon objectif, en allant voir cette dame, était de programmer mon subconscient pour qu’il déclenche, sur commande, un moment de bien-être, lorsque j’en avais besoin, simplement en répétant un geste programmé (un peu comme le chien de Pavlov). Au bout de 10 séances et $1000 (mon budget de recherche loll), les choses n’avaient pas vraiment progressées, alors j’ai laissé tombé et repris mes recherches personnelles.

    @Encre: Mon côté rationnel est tout à fait d’accord avec toi. Mais est-ce vraiment de la mémoire ou si c’est l’état d’hypnose qui nous rend réceptif à autre chose? L’univers est baigné d’ondes. La radio, la télé, les cellulaires, mais aussi la voix. Pourrait-on capter quelque chose, dans un état autre que l’état habituel?

  6. Zed Blog dit :

    C’est assez anthropocentriste de penser qu’on aurait été dans un autre corps et en plus… d’humain! Croyances païennes entretenues par les religions pour lesqulles l’humain, enfin l’homme (on s’abstiendra de parler des brouillons, sous-classes, modules complémentaires, bébelles décoratives, utilitaires et autre velléités (;-)))) (je parlais de la gente femelle, là) est le roi, le summum d ela nature, ressucitant et tiout le tralala et pour qui tout le reste a été créé, pour son confort et son usage personnel. C’est de la même famille, pour moi.

    Par contre, que connaissons-nous du temps? Avec tous les modèles et toutes les hypothèses de la physique contemporaine, on se rend compte que bien euh… pas grand chose. De là à…. Je suis d’accord avec le premier paragraphe de Encre. Mémoire = faculté du cerveau. Autre corps, autres expériences, autre cerveau = autre mémoire.

    Ceci dit, je pratique l’autohypnose, que m’a enseignée mon médecin de famille il y a des années, médecin au demeurant plutôt traditionnel. Le but était alors thérapeutique.

    Je pourrais pratiquer la lévitation des bras, par exemple, dans le métro ou nimpoorte où (ça m’arrive) et personne ne remarquerait parce que j’arrêterais avant que ça se remarque. Juste pour le plaisir. C’est simplement un autre état du cerveau, qui ne nous ferait jamais faire ce qu’on ne veut vraiment pas faire. Mais si ce n’est pas grave, que cela ne va pas à l’encontre de nos valeurs profondes, j’imagine très, très bien qu’on puisse japper ou se mettre à quatre pattes et ronronner ou le contraire, imiter un humain, donc, se ridiculiser.

    Zed 😀

  7. pierforest dit :

    @Zed: Ton médecin t’a enseigné ce que je cherchais à faire. Utiliser l’autohypnose pour mettre le subconscient à profit. J’ai une amie du net qui pratique l’hypnose Eriksonien. Combien de temps t’a-t’il fallu pour maîtriser cette technique?

    P.S. C’est contre mes valeurs fondamentales de me mettre à quatre pattes. lol

  8. Zed Blog dit :

    Effectivement, Pierre, je lisais ensuite ta réponse à Solange et c’est ce que je me disais. Je ne sais pas si mon médecin croyait que JE, car c’est toujours soi-même, pourrais aller aussi loin. Il faudrait aussi que je lui en parle. Le sait-il seulement?

    Il fauit connaitre mon esprit résistant et guerrier, ma tête de cochon et ma personnalité pour comprendre que ça s’est fait très, très rapidement. Mais cela part aussi d,une blessure grave de l,enfance et du mode de survie que j’ai dû adopter tout le temps que j’ai vécu chez mes parents, afin de survivre. Passer en mode « absence » de cette réalité.

    Combien de temps ça m’a pris? Je ne me souviens même pas exactement. Tu sais, ces trucs sur lesquels on plaçait le pouce et qui nous révélaient notre humeur via une couleur (bio feedback à bon marché)? Qui, en réalité prenaient notre température corporelle, comme ces gadgets que l’on place sur le front des enfants pour savoir s’ils font de la température? J’arrivais à les faire passer du noir total (froid) au bleu le plus foncé (détente extrême) en quelques secondes, même devant des gens. Suis une extra-terrestre…

    J’ai passé des tests dirigés par un psychologue renommé à Montréal, qui pratique l’hypnosse. Je suis une candidate +++, une top candidate pour l’hypnose.

    Je peux aussi hypnotiser d’autres personnes. J’ai pensé, à plusieurs moments suivre une formation pour le faire professionnellement. Et puis non. C’est vidant, hypnotiser quelqu’un. Les gens ne ré.alisent pas, mais l’hypnotiseur s’hypnotise aussi chaque fois et cet état me déplait plus qu’autre chose, maintenant, la plupart du temps. C’est comme mettre un problème sur la glace ou se foutre la tête dans le sable, se mentir… Ma personnailité, je, préfère résoudre réellement, apprendre à me détendre réellement.

    Disons que parfois, ça se rejoint, comme quand j’ai envie d’être heureuse et de le sentir. Je lâche prise, parotut dans ma tête et mon coprs et ça marche. Un véritable lâcher prise, juste pour faire un/e avec le moment présent et l’avenir qui se dessine, que l’on peut en grande partie, mais pas toujours, forger, faire un amximum de paix avec le passé et ne même pas s,inté.resser aux résultats. Détachement, attachement. Cela prend moins d’une seconde. C’est une sorte de désir profond qu’on laisse nous guider.

    Chimique.

    PS : Même pas pour ronronner ou imiter des races supérieures, telles le chat, le chien ou le cheval pour qu’une enfant vienne l’essayer?

    Bon dimanche! Zed ¦)

  9. Zed Blog dit :

    Un enfant, pas une… désolée, je n’avais pas vu et ça donne un sens pas très… intéressant.

  10. pierforest dit :

    @Zed: Ma plus jeune aura bientôt 14 ans, alors je ne les prend plus sur mes épaules depuis quelques années loll. D’ailleurs, ça m’a rappelé ces moments où je les portais au lit quand ils étaient tout petits. Il y avait la méthode superman, où je les tenais littéralement à bout de bras, les laissant « voler » jusqu’à leur chambre, ou la méthode « poche de patates » ou celle où ils posaient leurs pieds sur les miens et, un peu comme un robot, je les amenais à leur lit. Ces moments, avec des petits en bas-âge, par leur côté enfantin, joueur, libèrent très bien la pression venant du travail, de la société et puis ça aide à ne pas trop se prendre au sérieux. Ça remet les valeurs aux bonnes places.

  11. Minouchka dit :

    Nous utilisons l’hypnose tout les jour. La télévision est une forme d’hypnose, voilà pourquoi nous sommes émus ou bien simplement pleurons devant des nationales géographiques ou bien un film qui n’a pourtant rien de triste. C’est un phénomène de transfert. Il y a pleins de formes d’hypnose donc que nous pratiquons au quotidien… :))

  12. Gaëtan Klein dit :

    Bonjour,
    Intéressant votre récit. Je ne savais pas que les régressions étaient médiatisées dans les années 70 en France !
    Bien entendu, l’inconscient est capable de générer un grand nombre d’univers, de rêves, qui paraissent très réels et sont utiles. La futurisation est un exemple intéressant.
    Il m’est arrivé par exemple, durant ma formation d’hypnothérapeute, d’aller « au jour précédent ma mort », juste pour voir comment ce serait, comment aurait été ma vie, et comment je me sentirai à ce moment-là.

    C’était une expérience très riche et intéressante, apportant un éclairage nouveau sur les situations du présent que je vivais.
    Un sentiment de satisfaction et de sagesse se ressentait très fortement.

    Bon, après, je ne crois pas que ce soit le « vrai » futur que j’ai vu, sous hypnose. A mon sens, il s’agit simplement d’une projection. N’empêche que celle-ci peut être l’occasion pour notre inconscient de nous envoyer des informations dans un cadre totalement nouveau.

  13. pierforest dit :

    @Gaetan: En fait, c’était au Québec et non en France. je partage votre opinion, sur le fait que ces projections dans le futur sont purement suggestives, mais qu’elles demeurent un exercice intéressant pour prendre un peu de recul sur la trajectoire de vie que l’on a choisie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s