Danger, danger!!

Publié: 9 décembre, 2008 dans Politique
Tags:, , ,

robotC’était la façon avec laquelle le robot avertissait les membres de l’équipage dans la série télé « Perdu dans l’espace » (Lost un space) que j’écoutais durant ma jeunesse. En voyant un premier membre de Québec Solidaire élu, hier, c’est la pensée qui m’est venue en tête: « Danger, danger!! ». Danger pour le PQ. Parce que Québec Solidaire, on s’entend, ne prendra jamais de votes au Parti Libéral. C’est un parti souverainiste de gauche. En gros, ça me rappelle ce premier membre de l’ADQ élu en 1994. D’autres ont suivis dans les années suivantes, grugeant des votes aux deux autres partis. Or, si on divise le vote social et souverainiste, on permet aux candidats Libéraux de s’enfuir avec la victoire dans plusieurs comtés, ce qui annonce du coup une longue période où les Libéraux règneront en roi et maître au niveau provincial.

commentaires
  1. Encre dit :

    C’est effectivement malheureux (cette perspective ne me réjouis pas plus que toi), mais c’est la démocratie. Et puis, des alliances peuvent se former 😉

  2. Jacques D dit :

    Tout à fait d’accord avec toi Pierre,

    Québec solidaire m’attire. Je crois qu’ils recueillent des nationalistes déçus et fatigués. Mais je crois qu’il est de plus en plus urgent de réunir toutes les forces vives de na nation.

    Diviser les votes, c’est mettre la charrue devant les boeufs. Tous les souvernainistes devraient s’unir autour un même projet. L’étape de la souveraineté étant franchie, on pourrait penser à différentes options de projets de société.

    J’aime ton blogue, Pierre. Je l’ajoute dans mes favoris.

  3. Zoreilles dit :

    Pour la première fois depuis que je vote (1976) je n’ai pas mis mon x à côté de la candidate péquiste de mon comté mais à côté du candidat Québec Solidaire, d’abord, parce que c’est un grand ami, quelqu’un d’admirable qui a fait une très belle campagne et ensuite parce que je savais que cette année, ça ne nuirait pas du tout à notre candidate péquiste qui allait perdre, de toute manière, contre la grosse machine libérale qui s’est déployée chez nous.

    Malgré tout, mes convictions pour QS sont récentes et bien timides et je ne jure de rien pour l’avenir. Je fais partie de ces souverainistes dans l’âme qui ont élu René Lévesque en 1976, qui ont milité, été membre du PQ, du Bloc, et maintenant, qui se pose des questions, non plus sur la nécessité de faire la souveraineté mais sur le meilleur véhicule politique qui nous y amènera, tout en défendant des idées rafraîchissantes, de justice sociale et d’équité.

  4. pierforest dit :

    @Jacques D: À mon tour de te dire « Bienvenue chez moi! ». 🙂

    @Zoreilles: Je comprends ta démarche, surtout si le candidat est un ami. J’aurais fait pareil, d’autant que le PQ, ce n’est pas QUE la souveraineté, c’est aussi la justice sociale de sorte que Québec Solidaire est un peut le petit frère ou la petite soeur du PQ. Depuis 1976, le PQ a complètement changé le visage du Québec. Nous avons cessé de nous considérer comme une minorité au Canada, mais bien comme une majorité au Québec, nous sommes vraiment devenus Québécois avec le PQ. La protection des terres agricoles, la protection de la langue, les garderies à $5, l’assurance-médicament, la régie des rentes, sont toutes des idées qui sont d’abord nées ici au Québec. Nous sommes un peuple d’inventeurs, à tous les niveaux. C’est vrai que le PQ actuel n’a plus ces mêmes ambitions, ces mêmes rêves. Au fond, la meilleure chose à faire, c’est de mettre de l’avant des projets qui nous ressemblent comme si on était souverain. Si on arrive à le faire, on pourra questionner la pertinence de la souveraineté. Si le Fédéral nous mets constamment des barreaux dans les roues, on pourra aussi se questionner sur la pertinence de la souveraineté.

  5. Zoreilles dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec ta réflexion. D’ailleurs, je me sentais un peu croche quand j’ai voté pour la première fois autre chose que le PQ. C’est fou, j’avais l’impression de trahir quelqu’un ou quelque chose, un idéal, je sais pas… C’est pourquoi je dis que je ne jure de rien pour l’avenir.

    D’ici là, c’est une bonne idée d’agir comme si nous étions souverains, là où c’est possible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s