Redécouvrir l’Alexandrin

Publié: 7 février, 2009 dans Juste du bonheur
Tags:, ,

Les cieux avaient été peints de rose et d’orange

Et dans l’immensité de la plus belle toile

Je pouvais déjà admirer danser les anges

Dont chacun des rires dessinait une étoile.

 

Je rêvais d’une aube poétique et nouvelle

Près de toi dans tes bras pour me serrer sans fin

Je songeais à ma vie que tu rendais plus belle

Et je tentais vainement de fuir l’incertain.

 

Les lucioles du ciel illuminaient la nuit

Et dansaient dans cette ronde désordonnée

Collées sur ce toit bleu qui s’ouvre à l’infini

Comme un rêve d’enfant qui se répéterait.

 

Et je rêvais d’une aurore aux milles couleurs

Où celle de tes yeux dominerait le monde

Dans un silence que seul le son de ton coeur

Briserait tout doucement à chaque seconde.

 

Mais la réalité est trop morne et trop grise

Et plus personne ne me permet de rêver

Tous ces jolis rêves dont je m’étais éprise

Cruellement sous mes pas se sont dérobés.

 

Publié par Bestiole

http://www.lapassiondespoemes.com

commentaires
  1. Solange dit :

    C’est un très beau poème,touchant et sensible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s