être soi-même ou bien jouer son rôle

Publié: 26 mars, 2009 dans motivation, Société
Tags:, ,

goofyJe discutais l’autre jour avec un collègue qui a travaillé durant un été à EuroDisney. Il était alors un de ces personnages, vous savez,qui sont déguisés et qui circulent sur le site. Il me racontait qu’à chaque jour, il devait « entrer en scène ».

Il jouait un rôle et son rôle était d’être ce personnage amusant, enthousiaste et à l’écoute de la clientèle. À tous les matins, en arrivant au travail, il avait droit à une séance de motivation, lui permettant de se mettre en forme, émotionnellement et arriver ainsi à bien jouer le rôle qu’on attendait de lui, celui de Goofy.

L’année dernière, j’ai également assisté à une conférence d’un gestionnaire du monde de la santé qui arrivait à faire des choses étonnantes dans les hôpitaux où il était intervenu. En fait, il reprenait essentiellement ce même thème: Jouer son rôle et donc démontrer de la gentillesse, de l’enthousiasme et s’accrocher un sourire au visage avant d’entrer en scène et ainsi jouer efficacement le rôle pour lequel on est engagé. 

L’effet cumulatif de ces personnes enthousiastes, tout autour, a alors un curieux effet catalyseur, à tel point que même ceux qui se sentaient un peu déprimés avant d’entrer en scène, se laissent prendre au jeu et y trouvent du plaisir. La particularité, c’est qu’ici, on ne recherche pas l’authenticité, mais plutôt créer une ambiance particulière par les efforts cumulés de chacun.  

Plus récemment, je lisais une étude qui faisait état des deux personnalités de l’individu, celle du dedans et celle de l’extérieur. on y donnait pour exemple, certains gestionnaires, dynamiques et imposants en milieu de travail, qui une fois à la maison, arrivent tout juste à se traîner jusqu’au divan où, épuisés, ils passeront la soirée devant le téléviseur. Ont-ils si bien joué leur rôle, durant la journée, qu’il ne leur reste plus d’énergie pour autre chose une fois le rideau tombé?

commentaires
  1. azuldelmar dit :

    C’est tout à fait vrai qu’on dépense tellement d’énergie quand on simule quelq’un qu’on n’est pas. Dans mon ancienne profession c’était précisémment ça que je ressentais, et c’est épuisant de se priver d’être soi-même.

  2. Les gestionnaires qui ont tout donné durant la journée arrivent crevés à la maison. Les profs aussi. Je connais personnellement très bien cet état d’anéantissement total, cette impression d’être hors-circuit, non productive, à moitié morte. Tous les profs n’en souffrent pas, mais plusieurs s’y reconnaissent. Les professions où on prend soin des autres « vident ». Si on y ajoute un conjoint demandant, on est certain de frôler le burn-out.

  3. Zed Blog dit :

    Tant que ce n,est pas comme ces « pep talks » lavage de cerveau que l’on fait dans les commerces et les restos d’alimentation rapide, je n’ai pas de problème avec ça, au contraire. Dans le cas de ton ami, je ne sais pas.

    Mon amie dit que je pratique sans le savoir une sorte de zen je ne sais plus quoi, qui s’appelle aussi le sourire du coeur. C’est que je me force à sourire physiquement, mais pour de vrai, sans retenue, quand je ne le sens pas ou quand je le sentirais si j’y pensais, ou simplement comme ça, pour générer l’énergie qui va avec, pour moi si je suis seule, pour le nous présent s’il y a d’autres personnes.

    Moi qui suis si exigeante envers moi et les autres, de les voir confiants envers la confiance que je leur transmets, même si elle n’est pas tout à fait ressentie sur le moment, ça me rend « meilleure » aussi.

    Zed ¦)

  4. Chess dit :

    Je suis ce genre de personne qui à peine le soir venue ne pense qu’à s’allonger sur le fauteuil sans énergie, et il est aussi vrai que je joue DES roles durant la journée, que des sourires et contacts chaleureux, ce qui me vide en effet…

  5. Solange dit :

    La motivation c’est bien beau en autant qu’on reste à l’écoute de son corps. Si on arrive à la maison vidé c’est que l’équilibre est pas bon.

  6. pierforest dit :

    @Azul: Je retiens cette intéressante phrase: « C’est épuisant de se priver d’être soi-même ».

    @FemmeLibre: Oui, j’ai parlé de gestionnaire, mais c’est également vrai pour les profs, qui sont, de toute façon eux-aussi des gestionnaires et c’est d’ailleurs sans doute la gestion de classe qui est l’élément le plus demandant dans leur travail.

    @Zed: Tu me fais penser à ce genre de Pep talk très à la mode dans les Wall-mart, où chacun crie la lettre « Je suis un W! », « Je suis un A! » pour finir où tous crie « WALL-MART! ». Les employés s’appellent des « associés » entre eux, bref, ça ressemble à une forme de lavage de cerveau. Je me souviens d’un type qui disait « Moi, je suis juste le trait d’union ». 🙂

    @Chess: Je me questionne sur la pertinence ou pas de jouer ces rôles. Si, ils draînent de l’énergie, c’est vrai, ils ont aussi cet effet catalyseur auprès des autres. Autant un groupe qui décide de jouer à « Qui sera le plus déprimant » amènerait une ambiance noire et peu souhaitable, autant un effort pour sourire, comme le dit Zed a aussi un effet positif. Je suis ambivalent face à tout ça.

    @Solange: Et c’est ce qui rend les gens malades et qui les mène au burnout, c’est vrai.

  7. Zed Blog dit :

    Personne ne me forcerait à sourire ou à être de bonne humeur. Là est peut-être la réponse ou une partie de la réponse. Ce n’est pas acceptable pour moi de forcer quelqu’un à entrer dans un état qui n’est pas le sien, oui, lavage de cerveau, pour $$$.

    Si je décide, moi, de m’y forcer, sachant quels bénéfices (biochimiques, à la base) n’ayant rien à voir avec $$$, je peux aller y chercher et offrir, c’est mon choix.

    Donc, décison personnelle et bienfait personnel à partager si cela s’applique sans autre profit que du bonheur. Qu’en penses-tu? Zed ¦)

  8. pierforest dit :

    @Zed: Je pense que tu as la meilleure formule, celle qui amène la productivité, l’engagement des autres, la performance et les $$$, alors que l’élément central demeure le bien-être des individus qui t’entourent. C’est là que réside, je pense, la solution des nouvelles organisations, celles qui auront compris comment continuer à être profitables, tout en ayant des employés heureux de contribuer à cette santé financière.

  9. Zed Blog dit :

    Oups! Je disais cela dans le sens du bonheur gratuit et certainement pas dans le but de participier à la santé financière d’une entreprise… Par contre, je pense que pour rendre ses employés/es heureux/es, de bonnes conditions de travail, une conciliation travail/famille, des horaires flexibles, créatifs, cela ferait naturellement des gens heureux. mais pas tout le temps heureux parce que dans la vie, il n’y a pas que le travail salarié qui compte. Jamais en premier d’ailleurs.

    Zed 😀

  10. gazou dit :

    si, après avoir joué son rôle toute la journée,on rentre chez soi effondré….C’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas..Aider les autres àgarder le moral, à être contents, cela doit nous donner aussi de l’énergie à nous-mêmes,sinon ce n’est que du vent

  11. Juliette dit :

    j’ai de la difficulté avec le concept de jouer son rôle…

    Travailler, exercer une fonction fait partie de notre moi. C’est une part assez importante même puisqu’on parle en général du tiers de notre journée. Si on ne peut être soi-même pendant toute la journée oufff…

    j’aime plus l’idée d’exercer sa tâche avec conscience que de jouer un rôle…

    Mon humble opinion.

  12. Françoise dit :

    Je ne suis pas bien d’accord avec cette façon de procéder. Est-ce qu’on n’arrive pas à oublier qui l’on est vraiment en agissant ainsi ? Et si c’est un rôle, est-ce vraiment de l’énergie positive que l’on distribue ? J’ai un doute…
    Mais bon, c’est juste mon opinion…

  13. pierforest dit :

    @Gazou: Bon point en effet. Donner du bonheur aux autres devrait plutôt être énergisant.

    @Juliette: Ce concept m’amène à bien des réflexions également.

    @Françoise: En fait, Gazou l’exprime bien. Si ça nous draine de l’énergie plutôt que nous en donner, ça mérite réflexion.

  14. Méli dit :

    J’avais lu dans un livre de psychopop que parfois, faire semblant d’être de bonne humeur peut aider à le devenir… Il y a un effet sur le moral de se « forcer » pour être souriant… C’est pas simple… mais il est important que ça se fasse librement et à bon escient… Il ne faut pas mentir, mais parfois s’aider… ça ne veut pas dire aller complètement contre ce qu’on ressent comme émotion… mais parfois, oublier pendant quelques instants nos gros soucis, ça ne fait pas de tord…

  15. Zoreilles dit :

    J’ai cherché jusqu’à l’épuisement mes propres réponses à ces questions. Je travaille toujours en communication (relations publiques, stratégies, relations de presse) c’est un métier que j’appelle encore parfois, dans mes mauvais jours, le « département des menteries publiques » alors, comment rester soi-même dans cet univers superficiel et instantané, où s’arrête la vérité, où commence la manipulation de l’opinion publique, etc. sont quelques-unes des questions auxquelles je n’ai pas encore trouvé de réponses mais je me permets de dire non quand je pense non.

    Un livre m’avait été salutaire et bénéfique, il m’avait attiré comme un aimant à la librairie, je devais en avoir besoin : « L’art de ne pas travailler, Petit traité d’oisiveté active à l’usage des surmenés, des retraités et des sans-emploi » par Ernie Zelinski, chez Stanké. C’est en 2004, à la suite de cette lecture que je suis redevenue travailleuse autonome, ce que j’aurais toujours dû être. Avant, je jouais des rôles et c’est vrai que c’est épuisant…

  16. pierforest dit :

    @Meli: J’aime les nuances que tu apportes Meli. Merci!

    @Zoreilles: Je comprends ce que tu veux dire. À vouloir trop contrôler l’enrobage, on finit par en oublier le contenu. Tes réflexions alimentent les miennes. Être travailleur autonome a des avantages incontestables, une fois qu’on a traversé les premières mers de crainte.

  17. Alors j’aurais bien aimé jouer aussi ce personnage de Goofy…Que de bonheur à travailler afin de rendre les autres heureux..

  18. pierforest dit :

    @Nanou: Je me serais vu dans le rôle d’un des 7 nains, pas toujours le même, selon l’humeur du jour. Parfois Grincheux, parfois Prof, parfois Dormeur, parfois Atchoum, parfois Joyeux, etc. 🙂

  19. Méli dit :

    On se croise !!! hi hi hi !!! Voilà où j’étais au moment où vous m’avez écrit ! lol !

  20. nanoulaterre dit :

    Alors pierforest,

    on aurait fait un bon duo et bien rigolé. J’aurais sorti ma flûte et fait des pirouettes.
    Alors, comme çà vous avez l’âme d’un humoriste…

  21. pierforest dit :

    @Nanou: J’ai un bon sens de l’humour et mes humoristes préférés sont Martin Matte, Yvon Deschamps, Daniel Lemire, Pierre Légaré, bref ceux qui font de l’humour intelligent. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s