Une instantanée de notre planète

Publié: 30 juin, 2009 dans L'essentiel, Questions existentielles
Tags:,

oiseauToutes choses étant égales, par ailleurs……

il y avait aujourd’hui sur la planète:

1015664776
1137861412

1,015,664,776 personnes sous-alimentées

et…

1,137,861,412  personnes en surpoids.

Doit-on se sentir coupable?

Pour ceux qui aiment les chiffres, voici un lien vraiment unique pour voir une instantanée de notre planète, avec certains résultats qui vous étonneront sans doute.

à voir: Le Wordometer

Source de la photo: http://accel21.mettre-put-idata.over-blog.com/500×345/1/60/68/37/oiseaux-jardin-2008/dsc_8125-border.jpg
commentaires
  1. zed Blog dit :

    Je connaissais ce genre d’« instantanomètre » « planétaire » (tellement orienté américain qu.’il vaut mieux mettre des guillemets à planétaire, mais Pierre, c’est tellement à droite, la manière dont c’est orienté!

    En quoi est-il nécessaire de savoir combien d’avortements il y a eu cette année, sinon pour en rendre les femmes, encore, coupables? Afin de pouvoir soustraire le petit nombre déclaré mettant en cause la santé (physique) de la mère? Le nombre d e viols perpétrés par des hommes et le nombre de femmes qui enfanteront dans ces conditions, il est où? Sans parler d’inceste. Quel découpage des valeurs…

    Quand on connait tous les viols perpétrés par les militaires en Afrique, seulement à titre d’exemples? Mais ici, tout est centré sur les États-Unis… Les autres continents, on en parle? Je suis exaspérée de voir toujours les États-Unis dans le nombril du monde et lerus valeurs pointées comme universelle et neutres.

    L aliste est trop longue, mais encore…

    Le nombre d’hommes fréquentant des prostituées souvent mineures qui sont vendues, enfants, par leurs propres parents, assez souvent, qui ne peuvent tpous les nourrir? Le nombre d’hommes répandant le VIH? Et ne seront malheureusement pas avortées…

    La quantité d’eau potable gaspillée tous les jours? La quantité de déchets inutiles produits, de tous ces plastiques vendus à profusion sur la planète dont les grandes surfaces regorgent chaque été, notamment, pour « décorer » la cour, le jardin? Et le pourquoi de la profusion de déchets là où les infrastructures hygiéniques et l’éducation sont absentes? Et, parlant d’éducation… qui sont les pays (et qui dans ces pays, dont la Chine fait partie, entre autree, mais n’est-ce pas, cela, présent dans tous les pays?) qui profitent de l’ignorance, du manque d’information, de la désinformation? À quelles fins?

    Le nombre d’obèses le plus élevé est au Mexique, où le maïs est consommée en grande quantité (maïs = amidon = sucres rapides). Puis, les États-Unis, mais le Canada poursuit son ascension et est, il me semble, le quatrième… Que dit-on de l’exploitation de multitudes de terre arable sous l’emprise des multinationales produisant du maïs, qui cherchent à le vendre partout, souvent transgénique ($$$$$)

    C’est sans fin. Ce découpage de valeurs est, en bref, très à droite pour moi.

    J’aime bien par contre celui qui illustre simplement le nombre de naissances et de morts, qui laisse place à la réflexion idéologique et politique.

    Zed 😉

    .

    propriété ss

  2. pierforest dit :

    @Zed: C’est vrai qu’il y a plusieurs autres informations qu’il aurait été intéressant de présenter. Certaines informations sont peut-être plus difficiles à comptabiliser, mais elles pourraient effectivement donner une perspective différente de la planète. Le nombre de viols perpétrés ferait sans doute dresser les cheveux sur la tête, si on voyait le compteur tourner, tu as bien raison. Je n’avais pas perçu le nombre d’avortements comme une information orientée, mais en y repensant, elle reflète sûrement les pensées et préoccupations de celui qui a choisi les indicateurs à présenter. Quand on va à la section « À propos de nous », on peut voir que le site s’alimente aux « organisations et bureaux de statistiques les plus réputés dans le monde ». Ces bureaux sont, logiquement, financés par les Gouvernements et reflètent également la pensée de ces Gouvernements très souvent plus masculins que féminins de sorte que le choix des indicateurs ou le non-choix de certains autres est aussi significatif que les chiffres rapportés. Le parallèle qui avait attiré mon attention, c’était l’équation entre sous-alimentation et sur-alimentation. C’est dire, au fond, qu’en partageant plus équitablement les ressources, on aiderait à la santé de tous. Ta référence aux maïs me rappelle cette étude faites sur un groupe d’autochtone du Nouveau-Mexique qui avait dû se convertir à l’alimentation américaine, suite à la construction d’un barrage qui leur avait enlevé leur méthode ancestrale d’alimentation. En l’espace d’une génération, le nombre de personnes obèses avait connu une croissance fulgurante. Le surpoids n’est pas toujours de trop manger, mais bien souvent de mal manger.

  3. Angelika dit :

    Ouffff ! Ça fait peur tout ça…

  4. Zed Blog dit :

    Une solution essentielle à la sous-alimentation, outre la révolution idéologique consistant à cesser de surconsommer dans des pays où l’économie repose sur cela, est de cesser de se sur-reproduire.. La Terre est tellement surpeuplée. Or les religions, tant catholiques que musulmanes, mais d’autres aussi (en Israël, n’y a-t-il pas en ce moment même une politique en train de se mettre en œuvre ou en tout cas discutée, afin de « revamper » la natalité comme moyen d’affirmer la possession de son territoire) mettent de l’avant les valeurs contraires. Tout ce qui est patriarcal, structures sociales, religions, valeurs, etc., a tendance à suivre la même recette, concernant la natalité, l’Homme étant le roi de la Nature et de la femme.

    L’avortement est donc proscrit et les femmes des manufactures à bébé, de simples outils ou marchandises. Pendant ce temps, la Terre…

    Une bonne pub est celle qui fait oublier le message caché derrière, la motivation réelle de la vente du produit. Qui la regarde se concentre sur l’élément qui exerce sur lui un certain attrait. Ici, on vend des structures sociales et un système de valeurs.

    Zed

  5. Gwendal dit :

    Arrête Pierre… Déjà que j’ai le moral qui en prend un coup parce que je dois me mettre au régime, si en plus je dois culpabiliser… je ne suis pas sortit de l’auberge !

  6. Jacks dit :

    Je suis un peu d’accord avec Zed

    Je refuse de me faire culpabiliser pour tous les problèmes de la planète dont je ne suis pas responsable. On met vite tout sur les dos des Américains (ce qui nous inclue).

    Je me demande toujours quel est l’intérêt de celui qui nous culpabilise. Quand j’entends par exemple l’affirmation suivante: les pauvres sont de plus en plus pauvres et les riches de plus en plus riches, je comprends que nos gouvernement veulent qu’on accepte de se faire imposer et taxer de plus en plus sans se plaindre.

    D’ailleurs les chiffres qu’on nous présente sont souvent biaisés. Ils sont lancés sans analyse sérieuse. Si, par exemple, une année donnée nous recevons plus de réfugiés, il sera normal l’année suivante d’avoir plus d’enfants pauvres. On devrait alors éviter d’essayer de nous culpabiliser avec le phénomène.

  7. pierforest dit :

    @Gwendal: Bon courage. Si tu changes  » je dois » par « je vais » en fixant une date, le processus est déjà en marche.

    @Jacks: Quand j’étais enfant, parler de famine signifiait parler du Biafra. Je me souviens avoir entendu ma mère me dire: « finis ton assiette…pense à tout ces enfants qui meurent de faim au Biafra! ». En fait, ce qu’elle me disait c’était de ne pas gaspiller de nourriture, mais quand on y repense c’est un peu fou de se forcer à manger quand on n’a plus faim, juste parce que d’autres meurent de faim ailleurs dans le monde.

  8. Tous ces chiffres me font capoter!

  9. Méli dit :

    C’est affolant voir tous ces chiffres… triste de voir que des gens souffrent de famine… Un jour, il y a longtemps, j’avais vu un reportage sur des peuplades innuit de notre grand nord, c’était eux toute proportion gardée qui avaient donné le plus pour aider lors des famines en Somalie… Pourquoi ? Parce qu’ils avaient connu eux-mêmes ce que c,est que de mourir de faim… Ils ont connu des épisodes où ils se sont retrouvés sans nourriture certains hivers où ils étaient isolés… Donc, ils étaient particulièrement sensibles à la détresse qu’ils voyaient à la télé de peuples mourant de faim… Ce reportage m’avait beaucoup touchée…

    Effectivement, les religions qui prônent la surnatalité sont irresponsables, carrément ! (j’ai fait ma part pour ça, je n’ai qu’une enfant et je l’ai prise dans les enfants déjà nés qui n’avait pas de parents…) je n’ai donc pas contribué à la surpopulation… Bref, tout ça fait réfléchir !

  10. Gwendal dit :

    J’ai même fais mieux, j’ai remplacé « je dois » et « je vais », par « j’ai »… Le processus est donc dors et déjà en marche, et le compte à rebours commencé… 100, 99,98… etc !

  11. pierforest dit :

    @UneFemmeLibre: C’est impressionnant, en effet.

    @Méli: Je ne suis pas surpris, concernant ces peuplades innuit, c’est un réflexe que je qualifierai d’humain. Quand on a beaucoup souffert, on devient naturellement plus ouvert à la souffrance des autres.

    @Gwendal: Bravo, vraiment, bravo! Une fois la machine en marche, tout devient plus facile. C’est la loi de l’inertie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s