Partir sur un nowhere

Publié: 13 septembre, 2009 dans Bonheur, famille, Juste du bonheur, L'essentiel, Société

busUn vieux conducteur ayant travaillé à l’époque pour Autobus Voyageur m’a raconté un jour qu’il avait eu,  autrefois, une assignation de travail assez particulière.

À tous les dimanche matin où la température était chaude, durant l’été, il se rendait en bordure du parc Lafontaine, à Montréal, pour prendre à bord, à faible prix,  une foule de voyageurs n’ayant curieusement aucune idée de leur destination.

Selon son humeur, le conducteur choisissait la destination de ses passagers, de préférence un endroit  propice à pique-niquer, faire la baignade et passer une belle journée. Le module d’affichage à rouleau de l’autobus indiquait la destination « nowhere », pour préserver la surprise.  Parfois, la destination était Repentigny-Les-Bains, peu peuplée à l’époque et réputée pour la qualité de ses plages. C’est avec beaucoup de plaisir que ses passagers découvraient leur destination et s’installaient pour la journée, le conducteur restant sur place avec eux.

Ils revenaient tous en ville en fin de journée, satisfaits et le coeur joyeux.

Source de l’image: http://www.busfanplace.com/stcuq_list/fo63.jpg
commentaires
  1. Jacks dit :

    Génial comme idée! Je serais partant. Je l’ai d’ailleurs déjà fait. Partis pour nulle part en juillet avec une couple d’amis, nous nous étions finalement retrouvés sur les plages américaines. J’étais en vacances, mais pas les amis. Ils ont donc téléphoné à leur bureau pour dire qu’ils avaient une vilaine grippe et faisaient de la fièvre. En fait ils avait la fiêvre de l’aventure et du plaisir défendu, celui qui procure le plus de palsirs, à cause de l’interdit.

  2. Quelle bonne et charmante idée. Si quelqu’un la reprenait, je suis certaine du succès de l’initiative et je serais la première à embarquer!

  3. Solange dit :

    C’était une belle initiative d’autant plus qu’elle devait accomoder des gens qui n’avaient pas d’auto.

  4. Air fou dit :

    Formidable!!! Je suis partante aussi!

    Zed ¦)

  5. Méli dit :

    Wow, comme c’est formidable !!! ;-D

  6. Jacks dit :

    C’est la 3è fois que je viens relire ce billet. Il me fascine.

    Je trouve l’idée tellement géniale. Elle me fascine. J’adore parler avec des gens que je ne connais pas et que je ne reverrai peut-être jamais. Prendre l’autobus qui ne va nulle part, avec des inconnus, j’en rêve.

    Dans moins d’une heure, j’irai à 5 minutes de la maison au quai de Havre-Saint-Pierre. Un transatlantique venu de France va s’y présenter. Laure et moi, nous irons aborder quelques touristes. J’ai hâte!

  7. pierforest dit :

    @Jacks: J’aime toujours ce genre d’initiative qui me semble d’abord basé sur la satisfaction de la clientèle, plutôt que sur les profits. Je serais également partant pour ce type d’aventure.

    @Femmelibre: Je pense également que ce serait très populaire, en autant, évidemment que le prix demeure abordable.

    @Solange: Tout à fait. C’est vrai que dans ces années-là (1950-1960), le nombre de foyers sans automobiles était beaucoup plus élevé, de sorte que plus de gens trouvaient leur compte à ce type de service.

    @Meli: N’est-ce pas? 🙂

    @Jacks: Il me semble que d’être tous dans le même bus, sans connaître la destination doit nécessairement créer des liens entre les passagers, puisqu’on a alors tous quelque chose en commun.

  8. unautreprof dit :

    C’est une histoire chouette ça!

  9. Zoreilles dit :

    En plein le genre d’histoire qui me redonne de l’espoir dans la nature humaine. Est-ce encore possible une initiative comme celle-là? Non, ne me répondez pas, j’ai déjà peur d’avoir posé la question!

  10. Nanoulaterre dit :

    Ce serait magnifique de pouvoir perpétuer ce rituel oublié. Les gens ont besoin de surprises. Ce sont de petites gâteries peu dispendieuses et qui procurent amour et bonheur!

  11. pierforest dit :

    @Zoreilles: Il me semble qu’on voyait davantage ce genre d’histoire autrefois qu’aujourd’hui.

    @Nanou: je suis tout à fait d’accord avec toi.

  12. Caro et Cie dit :

    Le service de faire plaisir à la clientèle est intéressant…

    Mais, encore plus fascinant de penser à ces gens qui se levaient le dimanche matin et décidaient de se rendre à une destination inconnue…

    En route vers nowhere… Vraiment fascinant…

    Peut-être y a-t-il un lien avec ceux qui allaient faire un tour de « char »?

  13. Mijo dit :

    J’adore l’idée.

  14. julien dit :

    La magie, le rève, la liberté, ces quelque mots qui touche ma vie !
    Dans mon chemain j’ai rencontré un bus magique;
    j’ai travaillé dur pour l’adopter, il ma permi d’avoir un toit.
    Sa fait maintenant 5ans qu’il dor, et je l’entend bouillonner de voyage !!!
    Je vai donc pacer mon permis et, avec une touche d’imagination, je partagerai le bonnheur d’un voyage atypique !!!

  15. Frédérique G. dit :

    Je cherchais le sens de ce mystérieux autobus du « nowhere » dans le roman « Salut Galarneau! » de Jacques Godbout. Merci!

  16. serge dugas dit :

    Moi c’était en face de la pharmacie Montréal sur Ste-Catherine qu’on partait en nowhere le samedi soir. On allait voir un spectacle comme les Baronets, Jean Roger, etc. En quelque part vers Ste-Rose ou plus loin et on revenait avec notre nouvelle blonde en s’arrêtant avant pour manger une pizza ou un club. Des souvenirs du nilieu des années 60. Si quelqu’un s’en rappelle…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s