C’est du chantage!

Publié: 19 octobre, 2009 dans Société
Tags:, ,

infirmièreLe Ministre a laissé entendre que si les infirmières refusaient de se faire vacciner et qu’elle attrapaient la grippe, elles devraient rester à la maison « sans salaire ».

À mon sens, c’est du chantage!!!

À tout le moins, elles auront droit à la couverture d’assurance en cas d’absence, que ce soit du court ou du longue durée. Je comprend que le Gouvernement panique un peu, à l’idée qu’il n’y aura peut-être que 30% de la population qui se fera vacciner. Je ne sais pas pour vous, mais quand je pose la question autour de moi, il y a plus de gens qui disent « On va attendre » que de gens qui vont se précipiter pour se faire vacciner, avant même que les tests du vaccin ne soient complétés.

Personnellement, je pense que le Gouvernement aurait plutôt dû dire: « On aura cet automne  assez de vaccin pour 65% de la population. Réservez votre place sans tarder. Premiers arrivés, premiers servis. Ça aurait eu un effet contraire. La rareté incite les gens à se précipiter.

commentaires
  1. C’est pas mal ça, il n’y aurait pas de vaccins pour tout le monde, alors aucun avantage à ce que les gens se précipitent. Comme c’est là, avec les abstentionnaires, ça va arriver juste parfait!

  2. Jacks dit :

    J’ai fait carrière à la CSST. Je crois effectivement qu’il s’agit de chantage et de panique. Le gouvernement encourage les employeurs à ne pas exiger de rapport médical. Si une infirmière attrape le H1NI, ce n’est pas le gouvernement, mais la CSST qui recevra la réclamation. Elle devra l’accepter et indemniser l’infirmière.

  3. Solange dit :

    On dit que c’est la même souche que celui de la grippe asiatique, comme je l’ai déjà eu je suis immunisée. Ça fera un vaccin de plus pour les autres.

  4. Jacks dit :

    Je sais que ce que je vais dire n’est pas drôle, mais c’est une réalité. Ma soeur Nicole est décédée justement de cette souche en 1957. J’ai d’ailleurs raconté l’incident sur mon blogue.

    Le dimanche j’avais joué avec elle toute la journée. Elle était en pleine forme. Elle est tombée malade le lundi, hospitalisée le mardi et décédée le vendredi. Nicole n’était jamais malade.

  5. Zoreilles dit :

    J’allais dire à notre hôte que sa stratégie de communication aurait été la bonne, mais hélas, ce n’est pas de cette manière que les gens de la santé publique au Québec ont abordé la chose… Ils ont parfois le don de tout compliquer!

    On a tout entendu au sujet du A(H1N1) et de la vaccination, pandémique et saisonnière, allant des complots internationaux de terrorisme assaisonnés à la guerre bactériologique, en passant par les pharmaceutiques cotées en bourse et les vaccins louches préparés dans des laboratoires clandestins au Mexique jusqu’aux cas d’effets secondaires démontrés en photos, pires que le virus lui-même. Bref, tout ce cirque a fait naître et propager des rumeurs incroyables et il n’existe aucun vaccin contre ça.

    Et tout à coup, je lis Jacks juste avant moi. Si le vaccin avait existé en 1957 et qu’il aurait été offert gratuitement, est-ce que sa soeur Nicole aurait été vaccinée et vivrait encore? Parce que cette grippe-là, contrairement à la grippe saisonnière, ne s’attaque pas uniquement aux plus faibles, aux malades chroniques, aux personnes âgées, etc. mais particulièrement aux personnes jeunes et en bonne santé autrement.

    Parce que je côtoie des personnes très à risque, ma petite-fille de 9 mois qui passe ses journées en CPE du lundi au vendredi, sa maman de 23 ans, étudiante à temps plein, travailleuse à temps partiel, en contact avec le public et pétante de santé, son conjoint, 27 ans, dans la force de l’âge, en contact aussi avec plein de monde dans toutes sortes de conditions de tournage et d’hygiène pas toujours recommandable sur la route, pour ces raisons-là, quand bien même ce serait pour rien, je me ferai vacciner. Pas pour moi mais pour ceux que j’aime. Et pour la solidarité du geste social à poser aussi.

  6. Zoreilles dit :

    Et j’oubliais…

    Au sujet des infirmières qu’on obligerait à se faire vacciner sous peine de toutes sortes d’affaires impossibles à départager et de potentielles représailles salariales en cas de congés de maladie en lien avec le H1N1, c’est encore la machine médiatique qui s’emballe. D’abord, voudrait-on voir cette infirmière-là au travail pour ne pas perdre de salaire, à contaminer tout ce qui s’approche d’elle? Ben voyons donc!

    Ce que je trouve de plus déplorable en ce moment, c’est la somme incommensurable d’informations, de surinformation et de désinformation qui sévit autour de ça. Il devient difficile, voire impossible, pour le citoyen ordinaire de démêler le vrai du faux.

    Le ministère de la Santé et des Services sociaux aurait dû mieux gérer ses communications. Ils ont beaucoup trop tardé à réaliser ce qui se passait en sourdine. Maintenant, ils n’arrivent plus à gérer la crise, médiatiquement j’entends. Si les politiciens paient très cher des consultants pour que leur message passe dans la population, ils auraient pu investir d’autant plus pour cette cause qui était de la plus haute importance.

    J’accuse surtout les médias qui sont complètement passés à côté de leur rôle et de leur responsabilité sociale en nous inondant de nouvelles sensationnalistes, à saveur de peur et d’angoisse, de rumeurs, de vox pop, d’informations erronnées glanées sur des sites pas du tout crédibles, de délires fantaisistes, de données exagérées, de projections statistiques alarmantes, de peurs irréalistes, de détails morbides et tout ce qui a fait se détourner l’attention des gens de ce qui comptait vraiment, notre santé.

  7. Bon, un témoignage articulé, cohérent et qui réflète absolument et totalement ce que je pense. Un immense merci à Zoreilles!

    Et à Jacks aussi, pour un exemple des plus concrets. Je suis désolée pour lui et pour sa soeur.

    Je me ferai vacciner.

  8. pierforest dit :

    @Jacks: C,est aussi ce que je pensais, concernant les indemnités qui seront versés aux infirmières, advenant une absence pour maladie. En fait, le Ministre a été un peu malhabile dans sa tentative de convaincre les infirmières de se faire vacciner. Je me souviens de ce billet que tu avais écrit concernant ta soeur. Tu avais 6 ans et je comprends que c’est encore très présent à ta mémoire. Ce sont des trucs que l’on n’oublie pas facilement.

    @Zoreilles: Tu as tout à fait raison. Pour les médias, une crise de panique dans la population, c’est le gros-lot et ça fait vendre de la copie. C’est très vendeur la peur.

    @UneFemmelibre: Je n’ai pas l’intention de me faire vacciner, comme près de 47% de la population du Québec. Reste à voir si on fera face à un scénario catastrophe ou pas. Je pense aux scénarios suivants:

    1. Pandémie mortelle frappant ceux qui ne se sont pas fait vacciné. Le Gouvernement dira: « On vous l’avait bien dit! ».

    2. Effets secondaires importants chez ceux qui se sont faits vaccinés: Les non-vaccinés diront « On vous l’avait bien dit! ».

    3. La pandémie ne frappe pas ou peu. On reprochera aux Gouvernements d’avoir paniqué et mis tant d’argent dans le projet.

    4. Ceux qui ne se sont pas fait vacciné perdent un proche. C’est le pire scénario de culpabilité évidemment. J’ai une collègue au travail qui hésitait à faire se faire vacciner, elle et son enfant, mais qui avait peur qu’il ne lui arrive quelque chose, auquel cas, elle ne se sent pas capable d’en porter le fardeau de la responsabilité.

    5. Le virus mute, devient plus mortel et le vaccin ne sert plus à rien. 80% de la population terrestre s’éteint…Ça c’est un scénario de film! 🙂

  9. Zoreilles dit :

    Le Dr Marc Zaffran est connu pour être contre la vaccination. Il était d’ailleurs l’invité qui défendait cette position à Tout le monde en parle dimanche dernier. De l’autre côté, pour inciter les gens à se faire vacciner, il y avait le Dr Alain Poirier, directeur national de santé publique, au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

    Bien sûr, les gens ont intérêt à être bien informés pour ensuite prendre leurs propres décisions.

  10. Jacks dit :

    Pierre,

    Nicole avait 11 ans. J’avais 1 1/2 an de plus qu’elle. Quand on parle de mauvaise gestion de l’information et du dossier dans son ensemble, les termes sont faibles. On semble improviser. Le même spécialiste se contredit lui-même dans une même entrevue. On dit qu’on ne connait pas la souche et ensuite on se prononce sur elle avec une certitude qui détonne.

    Conclusion: j’avais décidé de ne pas me faire vacciner, presque par opposition, par refus de jouer le jeu de la peur. Pourtant, mon expérience personnelle aurait dû me rendre vite plus conséquent. Ma soeur Nicole j’y pense encore. J’ai encore la larme facile en y repensant.

    Je disais que je ne voulais pas me faire vacciner. Mais j’ai fini par changer d’idée pour mes proches et pour ne pas contaminer personne.

    Mais les médias ont vraiment manquer le bateau. Je n’ai pas peur des aiguilles, des prises de sang. Mais chaque jour, à chaque bulletin de nouvelles quand on nous montre à répétition l’aiguille qu’on injecte dans le muscle, ça m’enlève le goût de me faire vacciner.

  11. Méli dit :

    Tout ça est très complexe, je trouve triste qu’il y ait tellement de quand dira-t-on pas sérieux qui font peur à plein de gens (c’est pas facile pour plusieurs de faire la part de ce qui est vrai ou non) personnellement, suite à une réflexion sur les pour et les contre, je pense que c’est mieux de se faire vacciner, pour une multitude de raisons, dont la principale et que je pense qu’il y a moins de risque au vaccin qu’à la maladie et que plus il y aura de gens vaccinés, moins il y aura de débordement dans les hôpitaux… (donc responsabilité sociale).

  12. Pierre Lafontaine dit :

    Merci Pierre de m’accueillir ici, Zoreilles m’a montré le chemin…

    Voilà le type d’échanges dont j’avais besoin pour me permettre de me faire une tête sur ce sujet. Il y a de ça quelques jours à peine, j’étais totalement décidé à ne pas me faire vacciner mais hier, à la radio, j’ai entendu l’opinion de Amir Khadir sur le sujet. Bien sûr, Khadir est microbiologiste, mais il est aussi médecin sur le terrain. Il est en faveur de la vaccination.

    Pourtant, par le passé, Khadir a pris, à de nombreuses reprises, position contre les compagnies pharmaceutiques. Cette fois, pourquoi prend-il position en faveur d’un produit qui remplira largement les poches desdites compagnies? Ça a semé le doute en moi et c’est ce que je cherche actuellement à élucider, si on peut le dire ainsi.

    Ma situation: j’ai 51 ans et j’ai des problèmes d’hypertension donc « à risque » et je travaille dans un domaine qui m’amène à rencontrer beaucoup de personnes. J’ai un enfant de 6 ans en santé mais faisant partie d’une catégorie de personnes beaucoup touchées et il vient de commencer l’école. Ma conjointe rencontre beaucoup de personnes dans le cadre de son travail. Elle a 33 ans et est en bonne santé. Bref, nous baignons dans un « bouillon de culture ». Cependant, ma conjointe lutte férocement contre le lobby des pharmaceutiques dans le cadre de son travail (en particulier contre la médicalisation des problèmes sociaux des jeunes) et, conséquemment, est très anti-médication (elle ne se fera pas vacciner).

    Voilà le tableau. Hier, suite à l’audition de l’entrevue avec Khadir, je ne sais plus trop où donner de la tête. Personnellement, je n’ai pas peur de la grippe (H1N1 ou Influenza). S’il jamais il m’arrivait d’en mourir ce serait comme d’une autre cause (j’allais dire que « je vivrais avec cette conséquence », mais bon). Mais si je contaminais mon fils? Si je contaminais ma conjointe? Et si, par personne interposée ça contaminait mon beau-père qui lutte contre le cancer depuis 8 ans et qu’il en mourait? Etc, etc…

    C’est là que je me pose des questions. En fait, mon idée n’est pas arrêtée, mais si je me fais vacciner, ce sera pour les autres et pas pour moi. J’ai posé la question à mon patron aujourd’hui et, pour sa part, il attend de voir les premiers effets sur les « cobayes » humains… Cependant, il m’a réitéré que ça prenait un billet médical illico et je vous épargne les et ceateras (à contrario de ce que recommande la DSP même si je travaille dans un milieu para-gouvernemental).

    Bref, les contradictions existent tout autant dans notre propre tête et dans nos différents milieux que dans les médias! Ma réflexion se poursuit. Ceci étant, je considère aussi que les récentes sorties gouvernementales concernant le personnel soignant sont du chantage.

  13. pierforest dit :

    @Zoreilles: Avoir des experts crédibles des deux côtés ne simplifie pas les choses, quand vient le temps de faire un choix. Je vois par contre qu’un angle d’attaque n’avait pas été beaucoup exploité jusqu’à maintenant et qui vaut son pesant d’or: C’est la responsabilité que l’on porte vis-à-vis des autres. Pour moi, l’affirmation du Dr Zaffran me réconforte dans mon choix: « Pour les personnes à risque, le danger de la grippe est plus élevé que celui du vaccin. Pour les personnes en bonne santé, le vaccin, insuffisamment testé, présente peut-être un risque supérieur à celui d’une grippe de deux ou trois jours. » Mais si je transmet le virus à une personne en moins bonne santé et qu’elle en meure, quel terrible poids ce serait à porter.

    @Jacks: J’aurais aimé qu’on puisse avoir un accès à un kit de dépistage du H1N1. L’été dernier, ma conjointe et mes deux filles ont eu tous les symptômes de la grippe et info-santé leur avait dit: « Restez chez vous! ». Je pense qu’elles ont déjà eu la grippe, auquel cas, le vaccin est tout à fait inutile.

    @Meli: Je comprends ta réflexion.

    @Pierre: Bienvenue ici. J’ai aussi entendu cette entrevue d’Amir Khadir et j’avoue que ça m’a ébranlé, parce qu’il m’inspire confiance. Il disait d’ailleurs que si on ne gardait qu’une seule chose de la médecine, ce qu’il choisirait c’est la vaccination. J’ai par contre tellement dit à gauche et à droite que je ne me ferais pas vacciné, que c’est maintenant rendu une question d’ego pour moi. Quand je lis les experts comme le Dr Zaffran je me dis « Oui, c’est ce que je pense, je ne me ferai pas vacciner » et quand je lis les experts de l’autre côté, je trouve qu’ils ont tout autant raison. Ouin…pas facile.

  14. unautreprof dit :

    Personnellement, vu mon métier, il me semble qu’il va de ma responsabilité de me faire vacciner.
    Imagine si je le transmettais à une personne à risque!

    Alors j’attends de savoir quand et où, le reste suivra.

  15. Gwendal dit :

    Chez nous c’est l’inverse il y a deux à trois fois de vaccins disponibles par français ! Avec un pourcentage de plus en plus important de personnes (comme moi) qui refuseront, quoi qu’il arrive, de se faire vacciner :
    L’obligation n’est pas à l’ordre du jour car contraire à l’éthique médicale ET à la constitution.

  16. pierforest dit :

    @Unautreprof: Je comprend.

    @Gwendal: Les Gouvernements pourront peut-être en profiter pour envoyer les vaccins en trop aux pays défavorisés où le taux de mortalité sera beaucoup plus élevé. Paradoxalement, on dit (sur le site de OMS) avoir observé, concernant le H1N1, une corrélation entre l’obésité et le taux de mortalité. Voilà au moins un symptôme qui ne touchera pas les pays défavorisés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s