Le bonheur sur commande

Publié: 22 janvier, 2011 dans Expérience nouvelle, Juste du bonheur, motivation, plaisir

Appuyez sur ce bouton et devenez heureux. Ce serait pas génial çà!

Théoriquement, c’est tout à fait possible et je ne parle pas ici de pilule miracle. Je pense à l’attitude, la PNL, l’auto-hypnose, à cette capacité que nous avons tous d’influer sur nos propres émotions.

Un hypnologue peut, sans trop de mal, arriver à déclencher chez un sujet des sentiments intenses, de peur ou de joie. Ce qui rend cette expérience possible n’est pas tant un pouvoir occulte que possède l’hypnologue, mais plutôt celle du sujet qui accepte d’y croire. Vous avez sans doute tous déjà vu de l’hypnose de  spectacle, tel Mesmer. Ce qui m’interpelle, c’est la façon dont l’hypnologue arrive à imposer un ancrage, vous savez, ces gestes, un claquement de doigts, un mot magique qui plonge automatiquement le sujet dans un profond sommeil.

En extrapolant le concept, il est facile d’arriver à la conclusion que sur commande, on pourrait également déclencher un intense sentiment de bonheur. Je jongle avec cette idée depuis un moment déjà. Pour les 15% d’individus qui sont de « bons sujets », c’est plus facile. Ce n’est pas mon cas. J’ai déjà assisté à des spectacles d’hypnose et j’ai fait des tests de réponse aux suggestions et çà n’a jamais fonctionné pour moi. Je pense qu’une partie de moi se refuse à l’idée de laisser une personne la possibilité de s’adresser directement à mon subconscient. Je pense que c’est une forme d’auto-défense.  Une crainte, peut-être, qu’une fois la porte ouverte on puisse y entrer plus facilement.

Il

commentaires
  1. Je pense (et j’ai lu aussi) que le bonheur est une question d’attitude. Si on se proclame chanceux, si on sourit, même maladroitement au début, si on dit à tout le monde et surtout à soi-même qu’on est tellement mais tellement chanceux. Si on croit qu’on va gagner, réussir, progresser ou même si on fait sérieusement semblant d’y croire, il est fort probable que toutes ces mesures favorisantes vont donner éventuellement ou rapidement des résultats. S’associer à des personnes heureuses et gagnantes, participer à des événements positifs, prendre soin de soi et des autres, autant de mesures accessibles qui favorisent certainement le bonheur. Son bonheur, c’est comme le sucre à la crème, quand on en veut, on se le fait.

  2. pierforest dit :

    @FemmeLibre: D’ailleurs, je pense que vous mettez vous-même ce concept en pratique. Je lis souvent sur votre blogue des commentaires du genre « Je suis heureuse », « J’aime ma vie », « chanceuse je suis », « Je progresse », « Je vais réussir ». Je pense également que ces messages finissent par s’ancrer dans le subconscient se et refléter directement sur nos émotions. Compte tenu de mes habiletés culinaires, je pense qu’il m’est plus facile d’être heureux que de réussir une recette de sucre à la crème. 🙂

  3. Haha! La citation n’est certainement pas de moi, car je n’ai jamais réussi de sucre à la crème moi non plus!

  4. Jane dit :

    Je suis bien d’accord avec toi.
    Comme plusieurs études sur le bonheur l’indique (dont celle du psychologue Mihaly Csikszentmihayi), le bonheur n’est pas quelque chose qui arrive aux gens mais quelque chose que les gens provoquent!!

  5. Méli dit :

    Quand on arrive à choisir nos pensées, ça aide énormément… Choisir des pensées qui nous aident à être serein, à se sentir bien, à ne pas trop culpabiliser ou se dévaloriser… Pas toujours évident, mais il faut y travailler, vivre au présent aussi, s’absorber dans ce qu’on fait…

  6. pierforest dit :

    @Jane: J’aime beaucoup tout ces moments de bonheur que tu inscris dans le temps, en les immortalisant avec ton moment du vendredi. Le bonheur se construit aussi sur l’accumulation de ces moments magiques dans lesquels on peut ensuite aller puiser pour se ressourcer.

    @Meli: Oui, je comprends ce que tu dis. On n’est pas toujours et même rarement maître de ses pensées et certaines pensées sont parfois difficile à chasser. S’ancrer dans le présent quand on se sent moins bien est aussi une technique que j’utilise. Les pensées qui nous rendent tristes ne sont généralement pas reliées à ce que l’on vit là, tout de suite. Si je lève les yeux et que je regarde par la fenêtre à cet instant, je vois un magnifique ciel bleu et un soleil éclatant. Si je sortais dehors pour prendre une marche, le présent, ce serait le froid sur mon visage, mes yeux qui couleraient et peut-être le besoin de mettre un gros foulard sur mon visage. J’entendrais la neige crisser sous mes pas et je verrais partout, cette lumière refléter sur le fond blanc. Au retour, J’aurais également les jambes toutes rougies par le froid, à travers mes vêtements, la chaleur de la maison me paraîtrait intense et j’aurais probablement envie d’un bon chocolat chaud. S’ancrer dans le présent est une belle façon d’apprécier la vie.

  7. Accent Grave dit :

    Mais ça ne fonctionne pas avec tout le monde. Enfin, chacun a son propre «bouton» rouge. Il y a l’hypnose et il y a aussi l’auto-hypnose.

    Le bouton permettant la venue du bonheur semble déjà exister chez plusieurs personnes. Par exemple, je me ballade dans un centre commercial et à la simple vue de « rabais 70% », peu importe le prix, le bonheur atteint plusieurs individus, instantannément!

    C’est de la magie!

    Accent Grave

  8. pierforest dit :

    @Accent Grave: Ha ha…ça me fait penser quand ma blonde revient de magasiner et qu’elle m’annonce: « Devine combien je viens d’épargner? » 🙂

  9. Edmonde dit :

    Le bonheur est un état moral essentiellement.
    Pour l’assurer j’ai quand même un petit porte-bonheur à ma portée au cas où… car le malheur des uns fait le bonheur des autres.
    Et le remarquable marchand de bonheur est si occupé, difficile d’avoir toute son attention, alors il faut parfois apprécier son ‘petit bonheur’ comme disait le grand Félix Leclerc.

  10. pierforest dit :

    @Edmonde: Je me demande parfois, s’il n’existe pas un gène du bonheur, faisant en sorte que la chimie du cerveau libère plus facilement sa dose d’endorphine ou de cortisol chez les uns que chez les autres. Ainsi, tous ne naîtraient pas égaux face au bonheur.

    J’écoutais Kampaï, à la télé, le weekend dernier et le Dr. Béliveau expliquait que la prise de poids était la conséquence de 3 éléments: Les calories consommées, les calories brûlées et l’action du métabolisme. Ainsi, on pouvait expliquer que pour une même quantité de calories consommées, certains individus métabolisaient mieux et donc, devaient soit manger moins, soit dépenser plus d’énergie pour arriver à l’équilibre.

    Appliquons le même concept à la chimie du cerveau. Le bonheur est moral, mais en y regardant au microscope, ces émotions, ces sentiments sont probablement des signaux chimiques circulant en nous.

    Chez certains, les signaux passent probablement mieux, c’est propre à la diversité humaine. Il y aurait alors un facteur génétique que j’appelle le gène du bonheur et un mécanisme acquis permettant d’améliorer ou pas ce dont la nature nous a doté.

    Si on a peu de mérite à avoir hérité du premier, le second nous appartient.

    Le malheur des uns, ne peut faire mon bonheur que si je l’ignore. Il est plus facile d’être heureux quand on ne sait pas.

  11. Méli dit :

    Il y a en effet des gens mieux prédisposés au bonheur, j’ai déjà lu quelque-chose là-dessus… pour les autres (dont je suis) ça demande de réels efforts… C’est un « travail » sur soi, c’est un apprentissage… qui demande beaucoup de volonté et d’opiniâtreté ! ;-D

  12. pierforest dit :

    @Méli: Avoir de la ténacité, c’est ce qui a permis à la tortue d’avoir gain de cause face au lièvre, sur un terrain pourtant plus propice à ce dernier.

  13. Éléonore dit :

    Excellente réflexion !

    Pour l’hypnose j’embarque moins.
    En effet, il y a ce que tu écris « Une crainte, peut-être, qu’une fois la porte ouverte on puisse y entrer plus facilement. » Tu sais que ceux qui ont été hypnoptisé par Mesmer ont peur de lui après ? justement à cause de cette faiblesse de retomber en hypnose trop facilement ! Moi mon cerveau je me le garde, c’est mon champs de bataille à moi 🙂

    Pour le reste j’embarque à fond, je pense qu’on se programme beaucoup. Je lisais un blog et la personne écrivait « je vais surement faire une dépression ». Elle anticipait cela. Pas dans le sens de se préparer, de lutter, de comabttre, mais dans le sens fataliste et inévitable 😦

    Pour ma part, j’ai écrit plusieurs billets sur le bonheur et je suis partisane des petits plaisirs qui mis bout à bout deviennent un beau grand tout.

    Une de mes copines embarque parfois, comme un vieux disque rayé sur ces vieilles rancune de 20 ans avec ses voisins, sa mère, son chum, la famille de son chum… du vieux stocks, du vieux memérage, tellement désolant, après vient les bobos, pis les problèmes de jobs… peut pas beaucoup sourire dans ce temps là 😦

  14. pierforest dit :

    @Éléonore: Je suis un peu comme toi. J’ai aussi remarqué comment ceux qui avaient été hypnotisés par Mesmer conservaient un certaine crainte par la suite. je n’ai pas envie de ce genre de truc. Reste l’auto-hypnose. Je vais peut-être explorer ça.

    J’entend également des gens qui se conditionnent souvent sans s’en rendre compte avec des phrases assassines du genre « C’est trop beau, ça peut pas durer ». Ou alors des personnes qui mettent tellement d’emphase sur toutes les difficultés de leur vie qu’elles ne voient plus que ça.

    Un ami à moi appelait cela de la rectomyopie et il donnait cette description « attention aux oreilles sensibles »,

    « Si on passe son temps à se regarder le trou du cul, tout ce qu’on va voir,c’est de la merde »

    un peu vulgaire, mais disons que l’image est assez claire. 🙂

  15. Solange dit :

    C’est vrai que notre façon de voir la vie nous influence, mais il y a des situations hors controle qui sont plus difficiles à gérer et qui parfois relève de l’égoisme.

  16. Bon, allez, trouvez du temps pour nous, on veut un autre billet!

  17. pierforest dit :

    @Solange: Nous avons tous notre seuil d’égoïsme, il est seulement un peu plus élevé chez certains que chez d’autres.

    @FemmeLibre: Ah oui, vous avez bien raison, je suis dû là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s