Quand les éoliennes seront obèses

Publié: 11 septembre, 2011 dans Environnement, Questions existentielles, Réflexions

Quand les éoliennes seront obèses, il n’y aura plus de crise énergétique sur la planète.

Le coût croissant de l’énergie est attribuable au fait que nous consommons essentiellement des énergies non-renouvelables (pétrole, charbon, gaz). La rareté progressive fait monter les prix. c’est logique.

Le principal problème des énergies renouvelables est lié à la difficulté de les conserver. Le vent, le soleil, les marées sont des phénomènes ponctuels, alors que l’alimentation en énergie, elle, doit être constante.

On doit donc être en mesure de conserver cette énergie sous une forme quelconque et pouvoir la récupérer quand le besoin se fait sentir. Conserver l’énergie solaire durant le jour, pour être en mesure de la consommer durant la nuit. Conserver l’énergie éolienne quand il vente pour l’utiliser quand il ne vente plus.

Si on se fie au Wordometers, la quantité d’énergie solaire atteignant planète quotidiennement est 7000 fois plus importante que les besoins énergétiques totaux. 7000 fois! C’est dire qu’en utilisant uniquement cette énergie non-polluante, on pourrait répondre à TOUS les besoins énergétiques de la planète. Mais voilà, il faut être en mesure de la conserver et les systèmes actuels ne sont pas suffisamment efficaces.

Mon titre fait donc référence à la plus efficace méthode de conservation d’énergie: Le gras!

Le corps humain est une machine fantastique quand on y pense. Une voiture ne peut consommer que de l’essence, mais le corps humain, lui peut trouver son énergie dans une quantité énorme d’aliments variés. Il les transforme en glucides, lesquels viennent nourrir tous nos organes. Quand on ingurgite plus de nourriture que nos besoins corporels, ce dernier le conserve sous forme de gras, pour le reconvertir en glucides lorsqu’il n’y a plus assez d’aliments dans l’estomac pour répondre aux besoins énergétiques corporels. Les ours utilisent notamment ces graisses pour alimenter leur corps lorsqu’ils hibernent et passent des mois sans se nourrir. Les chameaux l’accumulent dans leur bosse sous forme de graisse pour être en mesure de passer des jours et des jours sans se nourrir.

Ainsi, plutôt que de recourir à des réactions chimiques, comme dans les piles actuelles pour conserver l’énergie, peut-être devrions-nous penser à simplement copier le mécanisme des êtres vivants et conserver cette énergie sous forme de gras.

Quand il vente beaucoup, nos éoliennes deviendraient obèses pour redevenir minces quand il ne vente plus. Nos centrales solaires en ferait tout autant. Du coup, on pourrait aussi résoudre la crise alimentaire mondiale, puisque les sources énergétiques étant les mêmes, on pourrait alors également nourrir la planète de vent et de soleil.

commentaires
  1. Air fou dit :

    Ça serait-y que t’as entendu parler de ça?

    Dans mon coin, il y en a pour des décennies, de ce genre d’énergie bien emmagasinée et bien, bien entretenue! Même, hélas, d eplsu en plus, chez les enfants et les tout-petits.

    Penses-tu qu’Unautreprof va proposer d’emmagasiner l’énergie sColaire (Tout ce ritalin qui serait perdu!)?

    Zed ¦D

  2. pierforest dit :

    @Zed: Génial ce concert. J’aime beaucoup d’idée. Peut-être devrait-on avoir des centrales bio-énergiques, ici et là au Québec qui permettraient à la population d’obtenir des crédits d’impôts pour leur contribution à l’énergie commune. Il y a effectivement de l’énergie partout, suffit de pouvoir la canaliser.

  3. Zoreilles dit :

    J’ai de la misère à croire qu’on n’a pas encore su conserver ces énergies propres et renouvelables… mais c’est vrai. Au camp, on a eu longtemps des panneaux capteurs d’énergie solaire. C’était pas fort. On a plutôt appris à se passer d’électricité, on chauffe au bois, évidemment, en ne coupant jamais d’arbres sains, on cuisine sur le poêle au propane, on conserve les aliments au frais avec des « icepacks », on recueille l’eau de pluie dans un gros baril sous les gouttières pour la vaisselle et la douche durant l’été, on a une source d’eau (potable) qui ne gèle pas durant l’hiver, bref, on se passe « d’électricité » et le panneau solaire git toujours, inutile, sur le toit du petit camp, côté sud…

    Par contre, on est devenus très conscients de la dépense énergétique, on la ménage, ça a des impacts positifs jusqu’à la maison.

    Pourtant, la recherche, la technologie et la science devraient avoir relevé ce défi depuis longtemps, il
    me semble? Si je ne faisais pas attention, je tomberais facilement « dans l’panneau » de la théorie du complot…

    • Accent Grave dit :

      L’image de la graisse, c’est bie beau mais en pratique? IL y a les accumulateurs bien sûr (très polluants à construire et à récupérer), il est possible grâce au surplus d’énergie d’activer de petites pompes qui rempliraient des réserves d’eau pouvant faire tourner des turbines quand la demande en énergie est présente. Mais tout cela peut être associé à des petits projets. En ce sens , des centaines d’applications existent mais en ce qui concerne l’alimentation en énergie pour tous, nous avons du chemin à parcourir.

      À très long terme, à mon sens, la solution réside dans la fusion nucléaire mais encore là, nous n’en sommes qu’à nos balbiutiements!

      Complot? Il existe des tas de technologes que nous ne maîtrisons pas. Il pourraitt y avoir plus de recherche mais de là à parler de complots généralisés à travers le Monde, j’en doute. Il y a de grandes puissances comme la Chine qui aimerait bien solutionner ses problèmes d’énergie!

      Accent Grave

  4. pierforest dit :

    @Zoreilles: J’admire vraiment comment vous faites les choses à votre camp. C’est naturel et respectueux de l’environnement.

    Parfois, il y a vraiment des complots. 🙂

  5. pierforest dit :

    @AccentGrave: En pratique, je ne pense pas que ce serait bien beau dans la paysage de voir tout ces amas de graisse à la base des éoliennes, mais c’est une idée que je trouve intéressante. Remonter de l’eau dans les réservoirs serait une bonne idée, parce que ces réservoirs hydrographiques sont sans doute le meilleure modèle de pile actuellement.

    Fusion nucléaire pour accumuler l’énergie et fission pour la récupérer?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s