Effets secondaires

Publié: 8 octobre, 2011 dans Réflexions, Société

J’entendais cet après-midi à la radio une émission où on parlait des « terres rares ». On en a beaucoup au Québec, parait-il.

Ce terme fait référence à des métaux spéciaux qui sont utilisés pour des composantes électroniques. Ils sont notamment nécessaires pour créer les piles des voitures électriques et pour faire fonctionner les éoliennes. Or, selon ce qu’on en disait, l’extraction et surtout le traitement de ces « terres rares » sont très polluants.

Ainsi, pour être en mesure d’utiliser des technologies « vertes », voilà qu’on doit d’abord polluer. C’est assez paradoxal quand on y pense.

Ça me rappelle la « trouvaille » de l’éthanol. À l’époque, je me souviens qu’on la décrivait comme une alternative « verte » au pétrole. Or, le maïs utilisé pour produire de l’éthanol demande énormément d’eau et appauvri le sol. D’autre part, pour éviter une chute des prix sur les marchés, les producteurs envoyaient leurs surplus  de maïs dans les pays en voie de développement ce qui servait à alimenter les plus pauvres de notre planète. En trouvant une alternative payante, au maïs, il est facile de comprendre qu’il n’y a alors plus de surplus à envoyer aux pays en voie de développement.

C’est dire qu’une action entraîne toujours des réactions. Ce qui semble scientifiquement très positif, à première vue ne l’est pas toujours forcément à long terme.

 

commentaires
  1. Accent Grave dit :

    Effectivement, il faut réfléchir deux fois avant d’entreprendre un virage. Ce qui, au premier regard, semble avantageux comporte souvent des conséquences néfastes, parfois pire que le status quo.

    Ce qui rend l’analyse compliquée, c’est qu’il n’est pas facile d’avoir cette vue globale, chacun se préoccupant de sont maillon.

    Accent Grave

  2. Zoreilles dit :

    Excellent billet. Sage réflexion. Et tout ça se conclut de manière très réaliste dans la dernière phrase du commentaire d’Accent Grave.

  3. pierforest dit :

    @Accent Grave: Les dommages collatéraux sont parfois majeurs, alors qu’on ne les avait pas du tout vu venir. À une époque pas si lointaine, on pensait que les CFC étaient des produits miracle.

    @Zoreilles: Effectivement. Cessons d’être des maillons, soyons la chaîne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s