Dans l’oubli

Publié: 22 avril, 2012 dans Réflexions, Société

Curieux contraste que d’être dans un cimetière par une si belle journée de printemps. Marchant, le long du canal de Chambly, ce matin-là, j’étais entré dans le petit cimetière en bordure du chemin, pour examiner de plus près cet énorme Jésus en croix au bout de l’allée.

On l’avait repeint en partie et à mon avis, de couleurs un peu trop vives. On avait tout repeint, sauf les bras, restés blanchâtre, ce qui donnait un curieux mélange de présence et d’absence de vie.

Je me suis assis quelques minutes sur le banc de pierre, dos à la croix, prenant la mesure de l’instant et appréciant le calme de l’endroit. Le soleil pointait à l’est, m’innondant de lumière et les oiseaux chantaient effrontément leur joie de vivre. Dans une église, une bibliothèque ou un cimetière on n’ose pas élever la voix ou rire à gorge déployée, mais les oiseaux, eux, n’ont pas cette réserve. Les bourgeons naissant aux branches des arbres m’ont tout à coup rappelé le cycle de la vie, fait de deuils et de naissances.

Reprenant mon chemin, mon attention fut attirée par une pierre un peu à l’écart et passablement enfoncée dans le sol. Elle était visiblement là depuis longtemps. On n’y distinguait plus très clairement le nom de l’épouse de Louis Corneau et j’ai dû dégager un peu la terre pour y lire celui de Luce Mineau. J’aurai pu gratter davantage pour savoir quand elle était décédée, mais ça m’aurait paru déplacé. La terre a certains droits. 50 ans après le décès de Louis, la plupart de ceux qui l’ont connu sont probablement allés le rejoindre. Cette pierre n’est plus entretenue, personne ne s’en préoccupe et elle s’enfonce toujours un peu plus dans le sol.

Qui étaient Louis Corneau et sa belle Luce Mineau? Louis est mort en 1956 à l’âge de 81 ans et sans doute avant sa Luce, puisque son nom apparaît au-dessus. Peut-être ont-ils eu des enfants, aujourd’hui décédés eux-aussi, pour la plupart. J’ai fouillé un peu internet, question de voir si des souvenirs de l’un ou l’autre étaient toujours présents quelque part et je n’ai rien trouvé. Comme la pierre sur laquelle leur nom est écrit, les souvenirs aussi s’enfoncent progressivement dans l’oubli.

commentaires
  1. Solange dit :

    J’aime beaucoup ce moment de réflexion ce matin. Quand je visite un endroit j’aime bien aussi voir le cimetière.

  2. Nanoulaterre dit :

    Pierre, c’est déjà tout un honneur que tu leur fais. On appelle ça « le respect pour nos aïeux ». Grâce à toi, ils vivent à présent quelque part sur internet. Et qui sait, peut-être que quelqu’un recherchent désespérément leur trace? Il n’y a jamais de hasard… Un grand coeur tu as. Mais ça, je te l’ai déjàa dit xxx

  3. Jane dit :

    C’est la triste réalité.
    Je marche souvent dans les cimetières de ma ville et celui près de chez moi est maintenant plus tristounet que jamais. La majeure partie des pierres tombales sont enfouis sous le lichen, d’une couleur rouille ou délavé, ou bien, brisées… il me semble que lorsque j’étais petite, elles étaient imposantes ces pierres. Mais elles ont encore leurs mystères qui m’anime l’imaginaire… j’aime.

  4. étoile dit :

    Tu viens de nous raconter une trise réalité. J’aime aussi au moins une fois par année aller me promener au cimetière de mon village. Quand je voyage il m’arrive aussi d’aller visiter ces endroits,ça parle tellement. J’y ai vu des croix garochées par dessus les clôtures avec des noms dessus j’étais avec mon père.Il connaissait ces gens et était très peiné. Je suis bouleversée quand j,entends que des cimetières ont été vandalisés. Pourquoi faire ça? Bonne journée Pierre et merci pour ta belle générosité.

  5. pierforest dit :

    @Solange: J’aime bien l’ambiance des cimetières, pendant le jour, mais j’ai tellement vu de films d’horreur que je n’oserais pas m’y balader la nuit. 🙂

    @Jane: Quand je déambule dans un cimetière, j’ai l’impression de connecter avec le souvenir de toutes ces personnes qui ont vécu.

    @Étoile: Je ne comprends pas ce qui peut amener des gens à vandaliser un cimetière. Peut-être est-ce l’idée de détruire un lieu qui a quelque chose de sacré qui motive ces personnes.

  6. Laluna dit :

    Dans mes plus beaux souvenirs d’enfance se trouve le cimetière Côte des neiges, avec les glaïeuls partout et leur odeur forte de fin de journée…
    J’ai toujours aimé inventer l’histoire des noms de personnes que je vois, à l’ampleur de la pierre tombale ou encore à la façon dont le terrain est entretenu. J’aime y faire de la photo, y lire, y écrire aussi.
    J’aime ces endroits où la vie se trouve quelque part entre le coeur et l’âme des survivants et des disparus…
    Merci de ce texte.

  7. Mr. Leblanc dit :

    je fais de la généalogie et j’ai trouvé un « Louis Corneau » mari de « M.-Luce Mimeault »
    ils se sont marier avant 1916 et ils auraient eu au moins 5 enfants

    « M.-Rose » se marie avec « Cyprien Langlois » le 7 novembre 1928 à Saint-Moise

    « Alphonsine » se marie avec « Leonard Gagnon » le 17 février 1931 à Saint-Moise

    « Germaine » se marie avec « Benoit Ouellet » le 5 juillet 1943 à Sainte-Paule

    « Berthe » se marie avec « Frederice Lafrance » le 5 juillet 1944 à Sainte-Paule

    « Alphonse » se marie avec « Fernande Cote » le 12 février 1945 à Sainte-Paule

  8. pierforest dit :

    @Laluna: J’ai également beaucoup aimé le cimetière du Père Lachaise, à Paris.

    @Mr Leblanc: Merci beaucoup pour ces informations.

  9. Zoreilles dit :

    Avec ton billet et ton riche questionnement, tu viens rappeler l’existence de ces deux personnes. Rien que pour ça, on peut dire qu’ils n’ont pas vécu pour rien… Moi, ce qui m’intéresse vivement, c’est toujours ce qui s’est passé dans le trait d’union entre la naissance et la mort.

    En ce sens, j’apprécie beaucoup le commentaire de Monsieur Leblanc.

    Les cimetières racontent tellement d’histoire, p;us qu’on pense…

  10. Grand-Langue dit :

    Vous pourriez, en fouillant dans les centres d’archives, retracer la vie de ces gens. Lorsque je faisais des recherches généalogiques, je m’intéressais moins aux liens sanguins qu’à la vie que les gens avaient vécu. C’est fascinant, on apprend tellement de choses sur nous-mêmes!

    Grand-Langue

  11. pierforest dit :

    @Grand-Langue: je suis d’accord. L’histoire de ces personnes est ce qui demeure le plus intéressant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s