La montée des Y

Publié: 18 mai, 2012 dans Politique, Réflexions, Société

Pour eux, tout est possible.

Ils ont confiance en leurs moyens et ne plient pas facilement l’échine devant les menaces. Ils ont une vision de la société très différente de celle des générations précédentes et cette crise des droits de scolarité aura été l’évènement catalyseur pour qu’ils s’expriment et se mobilisent. Les voici, les voilà, les Y sont là!

commentaires
  1. Laluna dit :

    Et moi, fière X, une vraie de vraie « no futur », ayant fait des enfants Y. Je suis derrière. Et je suis fière!!!!
    On leur a montré de belles choses aussi à cette génération.
    Entre autre de savoir qui ils sont et combien ne pas se fier toujours aux jugements de leurs parents et des plus vieux.
    Parce que parfois eux-aussi se trompent!
    En tout cas, moi qui a été élevée à coup de « parce que c’est ça » et « fais ce que je dis et pas ce que je fais » et « je suis ta mère, alors tu vas écouter! », je suis fière de voir à quel point ils sont capables de nous faire remettre en question et nous faire grandir!!!!
    (Ce n’est pas toujours facile à gérer… Mais bon… )

  2. étoile dit :

    J’ai 55 ans , Impossible de ne pas voir et entendre tout ce qui se passe au Québec depuis quelques mois déjà. Je trouve que les jeunes « nous réveillent » il était temps pour nous autres. Je comprends que qui que ce soit qui aurait une telle augmentation d’un seul coup,alimentation,taxes,autos,restos,etc… serait très frustré aussi.¨ca cré par contre de belles discussions avec mon fils de 35 ans.Il fini ses prêts scolaires en septembre ,très content.Il travaille beaucoup avec des jeunes ados et des plus vieux de cégep.Il comprend et moi aussi la demande étudiante.mais on est contre toute la casse quelle qu’elle soit. Et sans masques s’il-vous-plaît. Tu es assez grand pour manifester tu peux le faire sans gêne et dans le respect des autres. Je suis très attristée par les casseurs de toutes sortes ça n’aide pas du tout le dialogue,on le voit ce matin. Je trouve qu’on est un peuple de chialeux sur tout,on vit quand même dans un bon pays.Mais avec cette grève étudiante ça a aussi dérapé sur d’autres injustices où corruptions. Je ne suis pas d’accord sur tous les points mais je suis fière de m’être fait brasser la cage. Beaucoup de jeunes sont plus « éveillés » que dans mon temps.Ils parlent politique,environnement,injustice etc…Ils en ont gros sur les bras avec ce qu’on leur a laissé,à nous autres maintenant de pousser sur la poutre pour leur donner une vie meilleure. C’est eux qui prendront soin de nous ne l’oublions surtout pas. Désolée si j’ai été longue ce sujet m’interpelle beaucoup comme tu vois. Passe un très bon congé et merci pour tes billets.

  3. pierforest dit :

    @Laluna: Nous sommes de la même génération, tous les deux. La génération X aura fait peu de vague, se conformant aux règles mises en place par leurs parents, mais je pense que la suivante ne suivra pas le même chemin.

    @Etoile: Une fois qu’on aura accepté une hausse, les autres suivront probablement au même rythme. Au Nouveau-Brunswick, l’Université St-Thomas avait déjà des frais de scolarité de près de $4800 ($2168 au Québec) et ils ont invoqué le besoin de conserver un budget équilibré pour augmenter les frais de $175 par année. Selon les programmes, les frais de scolarité à cette université varieront maintenant de $4945 à $7675 par année, selon les programmes. Cela me fait penser que ce n’est pas parce que la hausse est appliquée au Québec que la question sera réglée pour autant. Les universités dépensent selon leurs moyens, sinon un peu plus. Si on n’encadre pas mieux ces dépenses, elles vont continuer à monter pour devenir de moins en moins accessibles aux étudiants. Le vrai débat n’est pas que financier, il est idéologique et je pense que les étudiants québécois l’ont compris avant le reste de la population.

  4. Grand-Langue dit :

    Ironie? Satire?

    Pourquoi montrer un singe? Est-ce une question d’évolution (sic)?

    Le propre de la jeunesse est de révolter, de tout remettre en question. Depuis quelques générations on ne voyait plus ça. Alors, où en sommes-nous?

    La casse? Elle est bien sûr étroitement associée aux étudiants, même si plusieurs renient les casseurs ou veulent les distinguer. Ce sont eux qui font bouger les choses, ce sont les casseurs qui causent le désordre, qui menacent l’autorité. Les étudiants qui sèchent leurs cours, surtout qu’ils ne sont que 30%, ça ne dérange personne. Les casseurs eux, font parler, dérangent, ils stoppent le métro, causent des ennuis aux comerçants… etc.

    Les grandes révolutions furent, dans les faits, l’oeuvre des casseurs. Il fallait bien quelqu’un pour s’emparer de la Bastille, pour décapiter Marie-Antoinette. Il faut aussi une mise-en-scène, une atmosphère qui s’y prête. Le gouvernement libéral incarne parfaitement ce qui est méprisable. Ajoutons l’attitude hautaine et méprisante face aux « pauvres » étudiants, et le décor monté. Une loi à défier? Voilà une occasion de plus de faire la fête, les casseurs casseront d’avantage.

    En y pensant bien, c’est peut-être ce que souhaite Charest. plus le conflit avance, plus il gagne des points. C’est la seule colone qui l’intéresse. Jamais il n’aurait cru faire une telle remontée, l’occasion d’aller en élection sur ce sujet devient tentante.

    Je n’ai pas d’estime pour les casseurs et peu de sympathie pour les étudiants (dont je comprends les intérêts) qui jouent sur les deux plans. La démocratie devrait, semble-t-il toujours jouer en leur faveur (rire). Curieuse notion.

    Néanmoins, ce que j’aime, c’est de voir que plusieurs d’entre eux s’opposent, enfin, ceux qui ne sont pas en science, en génie, en économie ou en médecine. C’est un vent de fraîcheur.

    Quant aux naïfs qui croient à une « révolution » ou à un changement sociétéaire important, je vous laisse vos illusions. L’humanité n’évolue pas ainsi.

    Grand-Langue

  5. pierforest dit :

    @Grand-Langue: Je ne sais pas si vous avez vu le film « La montée de la planète des singes ». Il y a un parallèle intéressant à faire entre le rôle et la personnalité de César dans le film et celui de Gabriel-Nadeau-Dubois dans le conflit étudiant. Sans être violents eux-même, ils incarnent le mouvement radical d’une cause et soutiennent implicitement la révolte contre l’autorité. Comme vous dîtes, il n’y a pas de révolution sans casse, parce que forcément, ceux qui sont au pouvoir ne laisseront pas celui-ci leur échapper facilement.

    Le changement que je pense voir, aux prochaines élections, c’est l’implication beaucoup plus active des 18-24 ans qui historiquement ne participent qu’à hauteur de 35-40% aux élections. Ce groupe de la population représente 11% de l’électorat. Dans le cadre d’une élection où chaque point de pourcentage comptera, ce sera peut-être eux qui feront pencher la balance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s