Check!

Publié: 4 mai, 2014 dans Juste du bonheur, L'essentiel, motivation, plaisir

formecloseEt voilà, c’est fait! En terminant ce cours particulièrement exigeant de  « mathématiques pour l’informatique », j’atteins un objectif que je m’étais fixé en 2003. Un peu plus de 10 ans de ma vie où l’essentiel de mes loisirs ont été consacrés à étudier et réaliser des travaux universitaires dans le cadre d’un BAC par cumul de certificats.

Ce fut une expérience des plus enrichissante, beaucoup plus que je ne l’aurai imaginé au départ. Et honnêtement, j’y ai pris goût. J’ai appris tellement de choses au cours de ces années, des domaines que je n’aurais peut-être pas explorés juste par moi-même, sans être dans un contexte encadré et structuré. J’en ressors grandi. C’est un peu comme la loi de l’inertie. Difficile à se mettre à marche et difficile d’arrêter une fois en mouvement.

J’ai d’ailleurs beaucoup pensé à me réinscrire dans un autre parcours à compter de l’automne, mais je vais plutôt profiter de l’été. Pour l’instant, je vais laisser mon cerveau se reposer un peu en me contentant de lire des thrillers juste pour le plaisir et en profitant du beau temps (??) pour me remettre en forme.  J’ai été peu actif physiquement cet hiver et je me sens un peu rouillé. Je me suis donc mis au jogging matinal depuis quelques semaines et ça démarre tellement bien les journées. J’y vais tôt, autour de 5h30 ou 6h00 et je sors pour une trentaine de minutes où je cours de petites séquences, suivi d’une période de marche pour reprendre mon souffle et évacuer l’acide lactique accumulé dans les muscles. J’ai commencé tout doucement, tel que recommandé sur un site où on disait le jogging à la portée de tous. L’objectif était d’éviter les blessures et s’améliorer progressivement. Trop souvent, porté par l’enthousiasme, on va en faire trop la première journée et se sentir tout courbaturé les jours suivants. Ça devient alors quasiment une punition de vouloir retourner courir par la suite. En y allant progressivement, on donne le temps nécessaire au corps de s’adapter au changement et surtout, on garde tout cela dans la zone plaisir. Par ailleurs, prendre conscience qu’on s’améliore, semaine après semaine, ajoute beaucoup à la motivation. C’est une roue qui tourne dans le bon sens et c’est juste du bonheur.

Ensuite, on verra. Il y a tellement d’autres domaines, complètement différents où je pourrais apprendre. Apprendre à jouer de la guitare, à danser (le tango?),  à cuisiner, des cours de langue, peut-être également, des cours d’ébénisterie? Pourquoi pas. Tout demeure possible.

Mon beau-père, aura bientôt 80 ans et il y a quelques temps,  il racontait à sa fille (ma conjointe) comment son propre père l’avait privé de son rêve, en lui refusant de suivre des cours d’ébénisterie (qu’il aurait payé lui-même). Son père, très sévère, du genre qui fait peur juste à le voir, gros, massif, une gueule de brute (il était policier)  avait décidé que ce n’était pas un bon job pour son fils. Finalement, ce dernier s’était enrôlé dans la marine et avait ainsi quitté la maison dès qu’il avait pu. Plus tard, il avait obtenu un emploi chez Poste Canada et y est demeuré jusqu’à sa retraite. Ce qui m’étonnait de cette histoire, c’est qu’il soit encore si amer, face à une situation vécue plus de 60 ans auparavant.  Pourquoi ne pas s’inscrire là, maintenant à des cours d’ébénisterie? Il n’y a pas d’âge pourtant pour apprendre. J’ai comme l’impression qu’il lui est plus facile de cultiver ces sentiments négatifs face à son père que de se prendre en main.

C’est un peu comme de faire reposer son malheur sur les épaules d’autrui, plutôt que de prendre son bonheur en main. Pourtant, tout est possible, vraiment tout est possible. Il suffit de poser un premier pas, puis un autre, y aller progressivement pour ne pas se décourager et garder tout cela dans la zone plaisir. C’est tout simple, quand on y pense.

commentaires
  1. Jackss dit :

    Pierre,

    Là, vous m’impressionnez. Je n’ose presque plus vous tutoyer. Quand je vois toutes ces formules mathématiques, je suis éblouis. Je fais de la programmation élémentaire. Je me trouvais bon jusqu’à ce matin, mais là, je vois tout ce qui me manque.

    Blague à part, j’aurais rêvé faire ce genre de cours. J’ai eu une carrière intéressante, mais si je pouvais recommencer, c’est le genre de passion qui pourrait m’attirer. Et toi tu en as la chance… Je devrais ajouté: le talent. Tu as raison de parler de tous ceux qui n’ont pu acquérir la formation dans le domaine de leur choix. Il fut une époque où les parents refusaient carrément à leurs enfants de choisir. Un véritable drame! Ma mère voulait être religieuse. Si mon grand-père n’avait pas été si entêté, je ne serais jamais né.

    J’ai toujours eu une passion pour les mathématiques, les sciences pures, et je me suis retrouvé simple fonctionnaire pour la vie. Encore une fois, bravo pour ce beau rêve que tu poursuis.

    Bon, maintenant, il faut que j’aille me casser la tête avec une application mathématique et informatique: mon rapport d’impôt.

  2. cleoballatore dit :

    Je suis impressionnée ! Cela a l’air drôlement compliqué. En tout cas bravo pour avoir réalisé cet objectif sur un tel laps de temps.

  3. pierforest dit :

    @Jackss: J’ai toujours été fasciné par les mathématiques et ces longues formules que les scientifiques écrivaient pour démontrer une vérité fondamentale quelconque qu’eux seuls étaient en mesure de comprendre. C’est finalement assez facile, au final, une fois qu’on a compris les concepts de base et qu’on peut décortiquer le jargon et les signes propres à un domaine de connaissances. Pour moi, découvrir et maîtriser de nouveaux concepts amène toujours un déclic, comme si je venais de monter une marche. J’ai aussi réalisé, en suivant un cours de macroéconomie au HEC que j’aurais aussi aimé être économiste, alors que je n’avais qu’une idée très vague de ce jargon auparavant. Quand on comprends mieux les dessous des choses, c’est un peu comme si on améliore sa compréhension globale du monde. Pour ce qui est des choix forcé ou refusé par les parents, je comprends que parfois ça soit bénéfique, en tout cas, ça l’a été pour que tu puisses être là. Bonne chance avec ton rapport d’impôt.

    @Cleoballatre: Ce n’est pas aussi compliqué que ça en a l’air, c’est comme le reste. Il faut juste acquérir les bases pour comprendre ce qu’on a construit dessus. Ça a l’air long, 10 ans, quand on regarde en avant, pourtant ça a passé très vite. Raison de plus de profiter pleinement de chaque minute.

  4. Zoreilles dit :

    Pour tes études des 10 dernières années comme pour le jogging que tu traites comme une passion et un plaisir santé, tu privilégies la technique des petits pas qui mène inévitablement à l’atteinte de plusieurs objectifs, ceux que tu vises et beaucoup d’autres que tu ne soupçonnais pas au départ. C’est génial et tellement sage!

    Et là, quel univers vas-tu vouloir explorer à l’automne? Tu as tout l’été pour y penser. J’ai hâte de voir ce que tu vas choisir.

    Pour ma part, je suis retournée à l’université après mes 10 premières années sur le marché du travail, je voulais en sortir, du secrétariat! Ce furent les plus belles années de ma vie. Si j’avais pu, si ça avait été payant, j’aurais passé toute ma vie professionnelle à étudier à l’université. Je veux tout apprendre parce qu’il me semble que je ne sais encore rien, rencontrer des gens intéressants, des profs passionnants, graviter dans cet univers stimulant d’apprentissage, de rencontres et d’expériences enrichissantes à tout point de vue.

    Mon arrière grand-mère était enseignante, ma grand-mère l’était aussi, ma mère également et ma fille s’est dirigée vers l’enseignement, elle adore son métier. Moi, je suis l’exception dans notre lignée de femmes de la famille, j’ai travaillé en communication, ce qui n’est pas si loin quand on y pense. Mais si c’était à refaire, j’irais vers l’enseignement aussi, je suis bien dans une école!

  5. pierforest dit :

    @Zoreilles: Je te comprends tellement. J’aime aussi beaucoup le milieu universitaire. C’est bouillonnant de connaissances, un lieu où se côtoient jeunes élèves et vieux prof ou vieux élèves et jeunes chargés de cours. Et à Montréal, on y trouve aussi, surtout en cours du soir, de gens de toutes origines,ce qui ajoute à ce mélange favorisant la tolérance et où tant de belles idées ont germées. C’est, par ailleurs, encore très accessible d’étudier à l’université au Québec, surtout quand on voit le coût de telles études aux États-Unis. On ne réalise pas toujours à quel point on est choyé. Profitons-en tant que ça dure.

    Enseigner, c’est diffuser la connaissance. Même, si ce n’est pas avec un titre de prof, tu l’as beaucoup fait, notamment pour faire connaître ton magnifique coin de pays.

  6. Jackss dit :

    Merci pour la chance,

    Mais, c’est le contraire qui m’est tombé sur la tête.

    J’avais tout fini. Au moment de transmettre le tout en ligne, l’écran à gelé. Une belle couleur bleue à recouvert l’écran. J’ai mis 3 heures à tenter de régler le problème. Rien à faire. Je crois avoir tout perdu. Je n’ai plus aucune accès à mon disque dur. Et je suis déjà résigné à payer toutes les amendes et pénalités déterminées par les formules mathématiques développées par les ministères et agences de revenu de nos 2 palliers de gouvernement.

  7. pierforest dit :

    @Jackss: Misère, désolé pour toi. C’est le pire moment pour avoir une défaillance de disque dur.

    Il y a quelques années, un matin de décembre, je m’étais levé en retard parce que j’avais oublié de programmer l’alarme sur mon radio-réveil. J’étais un colère contre moi-même, parce que ça signifiait que je serais en retard à une réunion importante, moi qui suis très ponctuel de nature. Ce matin-là, après avoir traversé le pont de la rivière Richelieu, je me suis retrouvé dans un paysage de guerre, avec des voitures partout, empilées les unes par-dessus les autres sur un bon kilomètre. Ce fut le pire carambolage à avoir lieu dans la région.

    Je me suis dit, après coup, que si j’étais parti à la bonne heure, j’aurais peut-être été impliqué dans ce carambolage. J’aime le croire. Aujourd’hui, quand une tuile me tombe dessus, mon premier réflexe, c’est de me dire que ça arrive pour une bonne raison et que j’en découvrirai la raison plus tard. Ça ne sera peut-être pas toujours le cas, mais au moins, ça me permet de garder une attitude positive et rester alerte face aux opportunités qui pourraient se présenter. Qui sait, peut-être qu’en te rendant poster ton rapport d’impôt en retard, tu feras une rencontre unique, qui changera ta vie, alors que tu n’aurais pas pu faire cette rencontre en le remettant à la bonne date.

  8. Une femme libre dit :

    Faire un bac en travaillant à temps plein et avec une famille en plus relève de l’exploit. Félicitations!

  9. pierforest dit :

    @UneFemmeLibre: Et félicitation à la famille aussi, parce que sans leur support, ça n’aurait pas été possible.

  10. unautreprof dit :

    Pierre, tu débordes d’un tel enthousiasme, que c’est agréable de te lire. Une bouffée d’air frais.
    Un petit pas à la fois. J’ai tendance à dramatiser et à ne voir les choses qu’en grosse montagne, alors qu’au fond, patience, courage et persévérance font de miracles, tu en es bien la preuve.

  11. pierforest dit :

    @UnAutreProf: C’est le printemps, ça donne plein d’énergie! 🙂

  12. Solange dit :

    Félicitations, belle réussite.

  13. Jackss dit :

    Pierre,
    Ton billet m’a profondément marqué. C’est vrai, je n’arrête pas de penser à la chance que tu as. On ne peut nier aussi ton talent. Et comme tous les grands de ce monde, tu as une humilité étonnante. Tu dis que tout est simple et facile à partir du moment où on a compris le principe. Mais voilà, comprendre le principe, ce n’est pas donné à tous.

    Personnellement, je ne comprends pas tout. Je me suis battu toute la journée contre mon ordinateur pour être en mesure de transmettre mes rapports d’impôt et ceux de Laure. J’ai tout essayé. J’ai même utilisé de me servir de mes DVD de Windows7 pour réamorcer mon système. J’ai me suis même surpris à prier le Bon Dieu en lui demandant pardon de n’a pas avoir été à La messe. Laure à fait de même. Rien à faire.

    Nous avons reçu des amies à souper. J’ai pris du vin pour noyer mes émotions. Tout le monde s’amusait. Je suis retourné à l’ordinateur un peu émêché. Et, miracle! Tout était revenu normal. J’ai pu transmettre mes rapports d’impôt en entier même si je voyais double.

    Puis j’ai raconter ceci à Laure: j’ai confié mes peines aujourd’hui sur un blogue à un spécialiste des mathématiques de l’informatique. Il m’a dit qu’une chance se cache parfois derrière une malchance. Il m’a laissé entendre que si j’allais porter mes rapports d’impôt au bureau de poste, je pouvais rencontrer une belle fille qui pouvait changer ma vie. Elle a sourcillé. L’occasion ne peut plus se présenter puisque par miracle, mon ordi à finit par m’obéir. On ne peut tout avoir 🙂

  14. pierforest dit :

    @Solange: merci!

    @Jackss: Donc la leçon à retenir, c’est que face à un problème grave, vaut mieux ouvrir une bouteille de bon vin et attendre que ça se règle tout seul. 🙂

    Un peu plus et j’aurais été tenu responsable pour avoir incité un citoyen à commettre un crime. C’est probablement mon ange gardien qui a réparé ton ordi pour me sortir de cette situation délicate. 🙂

  15. Zoreilles dit :

    Jacks et Pierre, vous me faites rire!!! Si on ne vous avait pas, il faudrait vous inventer!!!

  16. Polina dit :

    Tu viens de faire renaître en moi la phobie des chiffres, je suis impressionnée ! Sacré défi que tu viens de relever…

  17. pierforest dit :

    @Polina: Ton domaine de prédilection ce sont les mots, je l’ai bien compris et tu as tout un talent. N’empêche, ce qui fait peur, ce ne sont pas les chiffres, comme tel, mais l’anticipation de ne pas les comprendre et ses conséquences sur l’ego. Comment se juge-t-on soi-même, quand ne se voit pas à la hauteur de ses propres attentes ou de celle de l’entourage émotif. La difficulté, avec les mathématiques, c’est qu’il y a un parcours obligé. On doit maîtriser progressivement des concepts qui s’ajoutent les uns aux autres. Si on saute les étapes, on se retrouve rapidement dans une jungles de symboles incompréhensibles.

  18. Nanoulaterre dit :

    Oh boy! Ce tableau mathématique, du vrai chinois pour moi qui suit une musicienne!

    Ces périodes de courses suivis d’une petite pause de marche sont excellentes pour la santé. Je le fais moi-même assez régulièrement et j’adore l’énergie que ça me donne lorsque je rentre à la maison ensuite. Je dirais que c’est euphorique!

    Quant à la rumination de ton beau-père, c’est bien dommage à dire mais chacun est responsable de sa vie et de son propre bonheur… Bonne semaine à toi Pierre xxx

  19. pierforest dit :

    @Nanou: Les mathématiques et la musique activent les mêmes zones du cerveau, paraît-il. Question de rythme, peut-être.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s