Vacances nature

Publié: 18 juin, 2015 dans Coup de coeur, Environnement, Juste du bonheur, L'essentiel
Tags:,

chaletNatureComme l’année dernière, nous avons loué un chalet « Nature » au parc de la Yamaska, à Granby. Cette année, nous avions le chalet Despaties parfaitement situé. Il fait face à l’est, donc très tôt de le matin, le soleil éclaboussait la galerie, alors que la température est fraîche à cette période de l’année (12-15). Et à l’heure du dîner, quand le soleil frappe fort, le toît de la galerie donnait juste ce qu’il faut d’ombre pour éviter de brûler tout en profitant du beau temps. ll a d’ailleurs fait très beau durant notre séjour. Je pouvais donc m’installer dehors et lire mon livre à tous moments de la journée. J’ai terminé mon second livre de Dick Wolfe. Des thrillers pleins de terroristes, vraiment bien écrit, bourré d’action. J’ai ensuite commencé un autre livre, « Les brillants », très intéressant et qui me rappelle un peu la série télé « Alpha ». Je vais prendre note du nom de l’auteur, question de voir s’il a écrit autre chose. J’avais ma liseuse électronique, chargée ces livres, sans frais, en location de la BANQ (Bibliothèque et archives nationales du Québec). Je ne lis plus que sur ma liseuse maintenant. Je n’ai même plus à me déplacer pour louer un livre qui me plait et il y en a des tonnes.

J’ai beaucoup aimé faire mon jogging dans les sentiers en forêt, très tôt le matin. Mon voisin de gauche, d’origine française, aurait dit « footing ». Les sentiers sont étroits, sinueux et on retrouve de chaque côté une végétation riche et verte. Ça sent bon, c’est paisible on on n’entend que le bruit de nos pas sur la terre battue et ceux de la nature. C’est vraiment génial. Après avoir parcouru quelques kilomètres, je revenais ensuite au chalet et je m’installais sur la galerie avec le soleil en plein visage, question de reprendre mon souffle et cesser de transpirer avant d’aller prendre ma douche et déjeuner. J’aime courir à jeun. Pas de longues courses, juste 3 à 5 kilomètres. Ça part bien la journée, je trouve et ça ouvre sérieusement l’appétit. Je saute littéralement sur mes petits fruits, ananas, bleuets, framboises. Puis dans l’ordre, je mange généralement des tomates, une crêpe de sarrasin, un morceau de fromage et un œuf. Je termine avec un thé vert. Ça doit faire un an que je mange la même chose au déjeuner et je ne m’en lasse pas. C’est bon, santé, complet et plein de couleurs.

À tous les jours, en fin d’après-midi ou en soirée, on allait faire un tour de vélo, Josée et moi. On est allé un peu plus loin que l’année passée, sur le sentier. C’est plaisant, de pédaler côte à côte en jasant. Quand le terrain est plat, parce qu’il y a aussi des sections où les pentes sont de 7%, alors il vaut mieux garder une certaine distance en descendant pour éviter les collisions. Josée a un peu moins l’habitude que moi en vélo, question santé et elle se fatigue plus vite, alors elle avait les muscles des cuisses un peu endoloris, le lendemain. Josée dors aussi une bonne partie de l’avant-midi, à cause de ses nouveaux antidépresseurs qui lui rentrent dans le corps assez fortement. J’ai donc profité de la matinée pour faire le « Grand-tour », une piste cyclable qui fait le tour du réservoir Choinière. Une quinzaine de kilomètres. Très agréable, trop long pour Josée, mais juste OK pour moi et ça m’a pris juste un peu plus d’une heure. J’aime sentir mes cuisses qui brûlent à l’effort.

Comme d’habitude, Josée a socialisé avec nos voisins, surtout ceux qui ont des enfants. Elle sait comment attirer leur attention, en leur parlant comme si elle était dans leur monde. Les enfants le lui rendent bien et viennent ensuite naturellement partager ce qu’ils vivent avec elle. Il y avait un petit garçon, Mathias, très vif, extraverti, insouciant, plein d’énergie et de joie de vivre. Son père semblait trouver lourd de devoir le surveiller, disait manquer de temps, juste pour lui. à notre droite, nos voisins de chalet étaient des comédiens que l’on voit régulièrement à la télé. Ils étaient avec leur petite fille, Jane, qui devait avoir autour de 8 ans. Fille unique. Elle était contente de s’être trouvée une amie, à peu près du même âge, Licia, chez nos voisins de gauche. Ensemble, toutes les deux, elles dépensaient beaucoup d’énergie à courir, sauter à la corde, jouer aux chevaliers et princesses. Il y avait aussi un petit bonhomme de moins de 3 ans, Elio, qui les suivait, tentant de se joindre à leurs jeux, sans trop y parvenir. La journée qu’ils ont quitté, Elio soulevait et déplaçait sur quelques mètres, la brouette servant à porter les bagages. Elle était quasiment aussi haute que lui. Un ‘tit-homme jouant au papa. C’était amusant. Son père était un athlète de triathlon. Il avait fait le trajet de Montréal à Granby en vélo, sous la pluie. Son vélo était haut de gamme, ça se voyait à l’œil et il en prenait un soin jaloux.

On a été beaucoup ensemble Josée et moi durant ces quelques jours. Josée faisait des blagues, des folies, on rigolait. c’était léger, agréable, pas compliqué. On faisait l’épicerie, les repas, la vaisselle ensemble. On jouait au Yum. Je me suis même acheté des beignes fourrés à la crème et aux bleuets, ce genre de beignes que j’aimais tant, quand j’était enfant et qu’on arrêtait à Henryville, sur le chemin pour se rendre à notre chalet à Venise-En-Québec. Il y avait là un petite boulangerie qui faisait ce genre de beigne, fourrés à la crème et aux confitures. Des beignes moelleux, fait la journée même. Délicieux. Ceux que j’ai achetés n’étaient pas aussi frais, mais le plaisir est aussi rattaché aux souvenirs.

Le soir, on a fait un feu de camps, à deux reprises. J’ai pu aisément allumer mon feu et c’est toujours une sorte de plaisir viril ancestral de réussir son feu et le voir prendre forme rapidement. La température était idéale pour cela. On avait envie de se rapprocher du feu pour se réchauffer. Le ciel était magnifique, couvert d’étoiles et on restait là, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que des braises rouge, le cri des insectes et des grenouilles et les lucioles qui allumaient leur feu arrière sur fond de nuit noire.

commentaires
  1. Tu sais quoi? Les beignes fourrés d’Henryville en chemin vers la Baie Missiquoi, je les connais! On arrêtait aussi à Henryville pour acheter notre viande. Coudons! On a certains souvenirs d’enfance vraiment semblables. Bons souvenirs en tout cas eheh!

    C’est tout paisible et réconfortant comme vacances. Rien de compliqué, que du bonheur tranquille. Et ta femme et toi, complices. Plein d’amour. C’est si joli quand tu la décris s’occupant des enfants. Il y a de l’admiration dans ta description. Touchant.

    Beau récit. Tu n’as plus besoin d’inventer d’histoires, tu les vis!

  2. unautreprof dit :

    Te lire est un bonheur. Ton texte respire l’essence même des vacances, prendre son temps, décrocher, contempler…

  3. Zoreilles dit :

    Avec ton texte (j’en aurais pris encore!…) tu m’as emmenée en vacances avec vous autres, j’ai tout aimé!

    Dis donc, avec ce genre de déjeuner santé tous les matins, ces activités physiques bien intégrées dans tes journées et cette attitude dans la vie en général, tu vas faire un beau p’tit vieux, toi, quand t’auras 90 ans!

    Tu parles de Josée d’une manière si aimante que tu nous la fais aimer aussi. Je ne peux m’empêcher de penser que pendant des années, beaucoup de gens se sont attachés à Crocodile Dundee et à toute ma famille parce que je parlais d’eux autres tout le temps, que c’était plus fort que moi, hihihi!

    Vous semblez avoir passé des petites vacances de rêve, vous devez être pleinement ressourcés! Je vous en souhaite d’autres au cours de l’été…

  4. pierforest dit :

    @UneFemmeLibre: Venise-en-Québec regorge pour moi de beaux souvenirs d’enfance puisque j’y ai passé tous mes étés, de 1968 à 1977.

  5. pierforest dit :

    @UnAutreProf: Il me semble que ça devrait toujours être comme ça les vacances, des activités, mais pas trop et juste ce qu’il faut de dépaysement pour se sortir du quotidien.

  6. pierforest dit :

    @Zoreilles: Tu sais, je répète depuis pas mal longtemps que je vise 150 ans, alors il faut juste faire ce qu’il faut pour durer jusqu’à ce que la science prenne la relève.

    Je pense à un autre billet de toi lu ailleurs qui me fait penser que généralement, je n’écris que ce qui va bien. Je n’aime pas écrire les parties plus noires, parce qu’à les écrire, je les revis encore plus intensément. Pour certains, c’est une façon d’exorciser ce qui leur fait mal et c’est bien ainsi, mais pour moi, c’est un peu comme si je les ressuscite et que je leur donne alors une place trop grande qui fait ombrage aux moments heureux que je peux vivre par ailleurs. Je souhaite garder la balance du côté du bonheur, un peu par choix, mais surtout en cohérence avec cette caractéristique héritée de ma mère qui me fait voir la lumière qui filtre par tous les trous de la vie. Il faut juste savoir où coller son œil.

  7. Zoreilles dit :

    Tu dis que c’est une caractéristique de ta mère, moi c’est l’héritage que j’ai reçu de mon père, mon héros, et les héros ne meurent jamais tout à fait. Je pense particulièrement à lui aujourd’hui, en cette Fête des Pères, solstice d’été, journée si lumineuse… surtout chez nous, on a une heure de plus de clarté tous les jours parce qu’on est plus au Nord, gnan gnan gnan gnan gnan!

    Je profite de l’occasion pour te souhaiter une magnifique Fête des Pères… et des grands-pères.

  8. Jackss dit :

    Vraiment, j’ai été impressionné. Il faudrait que tu me donnes des cours sur l’art de profiter de la vie!

  9. pierforest dit :

    @Zoreilles: J’ai tout de suite pensé au cheval blanc de ton père. Ah oui, c’est vrai, c’est aujourd’hui le solstice d’été. Une heure de plus, c’est génial. Ça vous donner plus de temps pour déneiger votre entrée. 🙂

    @Jackss: Je trouve que tu es déjà pas mal doué pour ça Jackss.

  10. Zoreilles dit :

    Hihihi… Est bonne! Une chance que c’est toi… ;o)

  11. Solange dit :

    Des vacances plaisantes et reposantes comme on en voudrait tous les ans. Ton récit est très agréable à lire.

  12. pierforest dit :

    @Solange: Merci. J’espère que ça va bien pour toi.

  13. nanoulaterre dit :

    Ce sont de belles vacances, comme je les aime aussi et ce fut bien agréable de te lire! Ça respire le calme… Pour moi, les vacances c’est aussi ça un peu.Seule avec mes deux petits chiens, j’écoute le vent, je lis, marche et cours, écris, me berce et joue en sourdine du djembé en regardant le fleuve. Bon week-end Pierre xxx

  14. pierforest dit :

    @Nanou: il faut savoir profiter pleinement de l’instant présent Il est unique et ne reviendra pas.

  15. Je crois que j’aimerais bien passer quelques jours dans ce genre de chalet, en plein coeur de la nature…. Et marcher, beaucoup / Je ne fais pas de jogging, mais de la marche active.
    Bonne journée. Cela faisait longtemps que je n’étais pas passée par ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s