Ma toute belle

Publié: 16 octobre, 2016 dans Écriture, L'essentiel, psychologie, Réflexions

Atelier d’écriture de Leiloona.

En s’inspirant d’une photo de Romaric Cazaux, écrire un court texte, juste pour le plaisir d’écrire.

6158209240_5b81a1d5f2_o

– Allez viens, dépêches-toi Béatrice, on va rater le train.

– Tu crois que c’est maman?

– Quoi?

– Là, le nuage.

– Mais de quoi parles-tu Béatrice?

– Juste là papa, il y avait un nuage qui me regardait.

Antoine regarda le ciel sans rien voir de particulier.

– Je ne sais pas Béatrice, mais on n’a pas le temps, on doit y aller. Viens!

Prenant Béatrice par la main, Antoine se hâta en direction de la gare, tandis que la petite jetait un regard derrière, cherchant des yeux cette forme translucide et familière qui flottait tout près d’elle quelques minutes auparavant. Charlotte, la maman de Béatrice était décédée deux mois plus tôt d’un cancer fulgurant qui, une fois démasqué, avait fini sa sale besogne en moins de trois semaines. Tout s’était passé terriblement vite et la petite n’avait pas trop compris pourquoi sa maman ne revenait plus auprès d’eux à la maison. On lui avait dit que maman était maintenant au ciel et que de là-haut, elle veillait sur nous tous, mais cette idée n’était pas trop claire pour Béatrice. Elle passait donc beaucoup de temps à observer le ciel. Dans la forme des nuages, elle discernait parfois des traits, la courbe du menton, une main ou la pointe des longs cheveux de maman. Elle surveillait aussi la cime des arbres et quand un oiseau s’élançait de là-haut, elle lui reconnaissait parfois un air familier, une façon de bouger avec grâce, comme le faisait maman quand elles tournoyaient ensemble toutes les deux au rythme de la musique. Il lui arrivait aussi de respirer profondément, y cherchant son odeur familière ou encore le matin quand elle s’éveillait, en gardant les yeux fermés, elle écoutait attentivement le moindre bruit en imaginant maman debout à la cuisine, en train de préparer le déjeuner comme avant. Elle lui manquait tant.

Maintenant assis tous les deux sur leur siège alors que le train s’apprêtait à démarrer, Antoine essuya du pouce une larme qui coulait sur la joue de Béatrice.

– Moi aussi, elle me manque ma chouette.

Puis, sortant et dépliant de sa poche un petit bout de papier, Antoine lut une fois encore à l’oreille de Béatrice, ces mots que Charlotte avait griffonnés pour elle à la toute fin.

Tes larmes m’appellent ma toute belle, mais ne crains pas, je suis là,
Je suis le souffle qui soulève les feuilles sous tes pas,
je suis le vent qui façonne les nuages pour toi,
Je suis le soleil qui chauffe doucement ta peau,
Je suis le vol, le chant d’un oiseau,
Je suis ce chat que tu caresseras des doigts,
Je suis partout où tu regarderas,
Où que tu sois, ne crains pas ma toute belle, car je suis là.

Et séchant ses larmes, à travers la fenêtre, Béatrice cru voir un sourire dans la fumée du cigare d’un gros monsieur assis  au bout du quai.

commentaires
  1. Cath' dit :

    C’est MAGNIFIQUE merci beaucoup ❤

  2. Solange dit :

    Très touchante cette histoire bravo.

  3. Aragonne dit :

    C’est vraiment une très jolie histoire et touchante aussi.

  4. sabariscon dit :

    Beaucoup de poésie et de tendresse ! Bravo!

  5. Nath dit :

    Que c’est beau !! Que c’est doux ! Un vrai bonheur, cette poésie à fleur de mots !

    • pierforest dit :

      Je souhaitais écrire sur le bonheur, mais je n’y arrivais pas, parce que cette petite, les bras tout droits le long du corps, m’inspirait une forme de souffrance alors j’ai fais au mieux. Merci de tes commentaires.

  6. Très triste mais très touchant. Joli poème de la maman.

  7. Nady dit :

    un texte très touchant ! bravo !

  8. Très touchant ton texte et très émouvant ! J’aime beaucoup, notamment ces quelques vers à la fin qui m’ont parcouru de frissons.

  9. Jos dit :

    Très beau texte, touchant plein de douceur malgré la triste situation, plein de poésie avec les superbes mots griffonnés par la maman disparue et surtout, surtout dans lequel l’amour et la tendresse du père et de l’enfant sont palpables. J’ai vraiment aimé !
    Quel contraste avec le texte de la semaine dernière 🙂

  10. adrienne dit :

    oui cette petite fait penser à une orpheline…
    j’aime la douceur de ce texte

  11. Zoreilles dit :

    Très tendre et touchant, très bien écrit, on plonge dans la peine de cette enfant mais on en ressort l’âme en paix, malgré tout. Tu avais « lu » l’image comme moi…

  12. Leiloona dit :

    Euh … wow … des larmes me viennent, c’est juste une très belle façon de vivre un deuil, si tant est qu’il en existe une … Mais se dire que l’autre reste là malgré tout, oui, j’y crois aussi.

  13. victor dit :

    Un texte rempli d’émotions… C’est magnifiquement écrit… Bravo à toi…

  14. Ce texte rend très bien la présence des morts que l’on a aimés et qui va au-delà de leur décès. C’est beau, magique et apaisant et on peut sentir cette présence bienfaisante à tout âge. Bien décrit!

  15. Mylene dit :

    c’est beau et ça me donne des frissons, merci pour ce joli texte !

  16. unautreprof dit :

    il y a toujours de la tendresse et de l’espoir quand ce que tu écris. L’amour d’une maman qui sera toujours là. Ouf!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s