L’artriste

Publié: 29 octobre, 2016 dans Écriture, Bonheur, Questions existentielles, Réflexions

Atelier d’écriture de Leiloona.

En s’inspirant d’une photo de Julien Ribot, écrire un court texte, juste pour le plaisir d’écrire.

julien-ribot-endroit-desaffecte-700x466

– C’est ce dont je te parlais. On pourrait la retaper et en faire un site vraiment cool pour que les jeunes du quartier viennent y faire du skate.

– hmmm.

– Com’on man! Ça ne te plait pas?

– Te rappelles-tu de ce camps de chasse que mon père avait  à Notre-Dame-des-Bois?

– Oui, je me souviens de sa cabane.

– Quand il est tombé malade, elle a été laissée à l’abandon.

– Je ne saisi pas ou tu veux en venir.

– Je suis retourné à sa cabane il y a quelques mois. Les écureuils avaient envahi les lieux, il y avait des excréments partout, le matelas avait été grugé par les souris, les fenêtres étaient brisées. Au bout d’un certain temps, quand une construction d’homme est laissée à l’abandon, la faune locale en reprend possession. Ces tags sur les murs c’est comme un animal qui pisse pour marquer son territoire.

– Com’on man!, c’est pas de la pisse, c’est de l’art. Regarde ces formes, ces couleurs. Ces gars-là sont des artistes. Pour eux, toute surface urbaine est une immense toile qui ne demande qu’à être illuminée et mise en valeur. Ils ne cherchent pas à se l’approprier, ils cherchent à la libérer, à lui donner une personnalité unique. Moi, je ferais le ménage ici, je nettoierais et j’en ferais un endroit confortable, mais je laisserais tous ces tags sur les murs pour que les jeunes skaters s’y sentent chez eux, parce que ça ne serait pas dans le style tout propre-propre dont ils se sentent exclus.

– Je sais pas.

– L’art, ça dérange. Il faut que ça dérange. C’est toujours une sorte de cri du coeur de l’artiste qui étale ses tripes pour s’exprimer. Quand tu regardes une peinture ou une sculpture, tu as toujours un moment de silence où tu laisses ton corps absorber ce que tu vois. Tu t’en remets à tes émotions, à ce que ça éveille en toi. C’est un reflet de tes pensées, de tes croyances. Si tu vois de la pisse sur les murs, questionnes-toi man, parce que ça en dit long sur ce que tu penses de ceux qui n’entrent pas dans le moule.

– C’est pas ça.

– Oui, c’est exactement ça. Ce que je te propose aujourd’hui, c’est de m’aider à retaper la place et en faire un lieu où les jeunes du quartier se sentiront bien, parce qu’il n’auront pas l’impression qu’on leur reproche d’être différents. Com’on man! laisses un peu tomber tes préjugés et imagines-toi un instant dans une galerie branchée en train de regarder des oeuvres d’art. Qu’est-ce que tu vois?

– Okay (soupir). Je vois des « oeuvres » sans liens les unes aux autres ou en tout cas pas beaucoup. Certaines sont élaborées, d’autres sont minimalistes, à la limite juste une signature. J’aime quand même assez celle-là, en bas. On sent à la fois de la vitesse d’exécution et du contrôle, de la précision, mais ce n’est pas une oeuvre réfléchie, cérébrale, c’est instinctif. Elle m’inspire toutes les possibilités, tous ces choix de vie possibles, mais aussi la difficulté de prendre le bon chemin parce qu’il manque toujours quelque chose, alors au final c’est un peu tortueux. Il y a là comme un constat, un peu comme si « l’artiste » avait ensuite pris du recul et regardé son oeuvre avec satisfaction, heureux d’avoir su représenter parfaitement ce qu’il ressentait en lui.

– Voilà. Je pense que tu commences à comprendre. Alors, tu vas m’aider?

– Okay, on va le faire.

commentaires
  1. Mylene dit :

    chouette réhabilitation de prévue pour cette zone à l’abandon 🙂

  2. Zoreilles dit :

    Il faut avoir beaucoup de résilience pour faire du beau avec… du moins beau!

    J’aimerais avoir ton positivisme au sujet des grafitis qu’on devrait voir comme des œuvres d’art, une façon impulsive de s’exprimer, de s’approprier d’un lieu. En milieu urbain, ça va, je peux être de ton avis mais dans un parc ou un coin de nature, je trouve toujours que c’est désolant.

    Encore un beau texte, Pierre!

    • pierforest dit :

      @Zoreilles: Tu sais, tant qu’ils ne viennent pas faire des grafitis sur ma maison, je suis conciliant, mais dans le cas contraire, je le serais beaucoup moins. 🙂

      L’élément qui choque souvent dans ces grafitis, c’est qu’ils sont imposés sans qu’on n’ait donné la permission.

  3. Albertine dit :

    Com’on man ! je me suis laissée emporter par ce texte résolument optimiste. J’ai découvert le verbe « gruger » avec un sens que j’ignorais.

  4. sabariscon dit :

    J’aime beaucoup cette idée de reconversion ! Et cette belle énergie que ton personnage emploie à convaincre son interlocuteur . Les autorités devraient en prendre de la graine.

  5. Solange dit :

    Il y a des graffitis qui sont des vrais oeuvres d’art, mais ce n’est pas toujours le cas malheureusement. Bravo pour le texte.

  6. Com’on man je te suis dans ce beau projet qui entremêle l’art et l’appartenance. J’aime cette idée qu’un tel lieu puisse accueillir des gens pour qu’ils s’y sentent bien (bien sûr sans anarchie). L’art, qu’il passe par la sculture, la peinture classique ou encore par les vrais tags, a tout son importance.

  7. adèle dit :

    Ton texte semble le seul à prendre le tag en sujet principal. Tu t’interroges sur ce qui transforme quelques traits de peinture en oeuvre d’art, et tu nous expliques que c’est le regard que nous posons dessus. Intéressante réflexion, menée habilement sous forme de dialogue.
    NB : Hey man, attention, sous prétexte d’art, on se fait facilement gruger ! 🙂

  8. Stephie dit :

    Bravo pour ce texte sur l’art ! J’ai beaucoup aimé !

  9. Nady dit :

    une bonne réflexion sur l’art et quelle belle idée là si tout le monde pouvait abattre leurs préjugés ! Bravo !

  10. Leiloona dit :

    Com’on man ! J’adore, quel pep’s ! Quelle énergie dans ce texte, on est avec tes personnages, grâce à leur oralité … Et j’aime bien le fond aussi ! 😉 Belle réflexion sur l’art !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s