Ce que l’on ne dit pas

Publié: 19 août, 2017 dans Écriture, Bonheur, psychologie, Société

beforeIgoPour ce premier rendez-vous, est-ce que je mets la rouge ou la noire, pensais-je, inquiète.

En cet instant, l’anxiété qui me prenait au ventre n’avait rien à voir avec la couleur de ma robe, je n’étais pas dupe. C’était cette foutue cicatrice marquant mon visage d’un bout à l’autre qui, comme à chaque fois, me filait la trouille. Que dira-t-il en me voyant? Comme tous les autres, il ne dira probablement rien, hésitera à me questionner de peur de me blesser, mais je lirai dans ses yeux cette intense concentration de ceux qui ne veulent pas baisser du regard. Son silence dira tout. La photo du site datait d’avant l’agression et je n’en avais rien dit.

Machinalement, j’appliquai le fond de teint habituel pour masquer partiellement les longues cicatrices roses qui se creusent de façon disgracieuses dès que je souris. Si je garde un visage neutre et qu’on n’y porte pas trop attention, on pourrait presque penser que je suis jolie comme autrefois.

Etalant du noir à paupière et perdue dans mes pensées, je laissai ma main filer librement, en écriture automatique et peu à peu elle me dessina tout autour, deux immenses puits sans fond, ouverts à la noirceur qui m’habitait intérieurement, comme un clown triste. Inspirée malgré tout, j’eu envie de continuer ce camouflage, appliquant du blanc partout sur mon visage, puis de petites pétales roses ici et là. Je me fit un nez de chat et enfin, pour compléter le tout, d’un fin trait noir, je suivi mes cicatrices d’un bout à l’autre, mettant l’emphase sur ce que je voulais cacher. Cela me donnait un air mélancolique, mais qui reflètait parfaitement mon état d’esprit. Advienne que pourra, voilà comment j’irai à cette rencontre, ce soir, me dis-je. Pour une fois, on s’amusera de mon apparence plutôt que d’en faire une barrière infranchissable.

J’insérai 4 roses dans mes cheveux et enfilai la robe noire. Je pris un taxi et me rendis au resto Chez Antoine, tel que convenu la veille, lors de notre dernier échange sur le site de rencontre. J’aurai une rose à la boutonnière m’avait-il écrit.

Je pris une longue respiration et entrai dans le resto, le cherchant du regard. Mon coeur fit un bond en l’apercevant, assis à une table tout au fond et à ses pieds, couché au sol, il y avait un chien-guide. Je m’avançais vers lui et m’arrêtai à sa table.

– Charlotte, c’est bien toi? me demanda-t-il?

– Oui, c’est moi, dis-je, souriant intérieurement.

– Ta voix est exactement comme je l’avais imaginée, douce à l’oreille et chantante de son accent du pays. Je suis si heureux de te rencontrer. S’il-te-plait, prend place. Je sais que c’est probablement un choc pour toi, enfin, je veux dire que tu ne savais pas, mais je t’expliquerai.

Je m’assieds face à lui, souriant sans retenue de cette étonnante situation.

– Ça va, Charlotte?

– Oui, je vais très bien. Laisses tomber toutes ces explications et parles-moi de toi, lui dis-je, soulagée.

Crédit photo: 500x.com

 

commentaires
  1. Polina dit :

    Très joli ! Un texte touchant qui m’a fait sourire, j’ai beaucoup aimé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s