Archives de la catégorie ‘Écriture’

IMG_1087On l’appelait Simon-les-nuages.

Il était lunatique et plutôt distrait, mais la véritable raison de ce surnom lui venait d’une fascination quasi obsessionnelle pour les nuages. On s’était habitué, à Sainte-Marthe-des-pas-perdus, à le trouver en position horizontale, couché dans les champs, sur un banc de parc ou n’importe où et observant le ciel pendant des heures.

Simon aimait regarder les nuages se former et se déformer et la rumeur voulait même qu’il entretienne un dialogue céleste, questionnant l’univers et interprétant les réponses par la forme et le mouvement des nuages.

C’était un original, un sage un peu fou et connu de tous pour ses extravagances.

Par une curiosité du destin alors qu’il était encore enfant, Simon hérita entièrement de la fortune d’un vieil oncle excentrique, ce qui le mit très tôt à l’abris du besoin. Il n’eut donc pas à gagner sa pitance comme la plupart des gens et il pu ainsi consacrer tout son temps à sa passion: observer les nuages. Il s’impatientait cependant lorsque pendant des jours et des jours, le ciel s’obstinait à demeurer d’un bleu immaculé. Aussi, après une de ces longues périodes de ciel dégagé, il prit la décision un peu folle de créer ses propres nuages.

Pour construire sa fabrique à nuages, il embaucha des chercheurs, des spécialistes, des techniciens, des gestionnaires et des opérateurs parce qu’un tel projet ne se réalise jamais seul. Il y consacra une importante part de sa fortune. Son directeur financier s’inquiétait d’ailleurs du modèle d’affaires atypique de l’entreprise sans objectif de profitabilité, sans revenus récurrents, mais avec des dépenses qui s’accumulaient et continuaient à rogner la fortune héritée du vieil oncle. Fatalement, un jour viendrait où Simon aurait épuisé son héritage et son directeur financier, en homme de chiffres et en conseiller avisé, voulait assurer la pérénité de l’organisation, mais Simon ne voyait aucun intérêt à ces discussions centrées sur les flux monétaires. Ce qui l’intéressait, c’était les nuages, uniquement les nuages. Ce fut donc pour lui un immense plaisir, après trois années de dur labeur, d’échecs et de recommencements, de mettre enfin la machine en marche et voir ses premiers nuages flotter paresseusement sur fond de ciel bleu. Il n’était donc plus à la merci des beaux jours prédits par Miss météo.

L’usine grouillait d’activité dès que le ciel s’annonçait dégagé. Les pompes se mettaient bruyamment en marche, tirant l’eau d’un puit profond, la réchauffant à haute température pour la transformer ensuite en vapeur que l’on mêlait à un savant mélange de crystaux et minéraux avant de libérer ce joyeux cocktail dans le ciel par une gigantesque cheminée qui dominait l’horizon. Ce mécanisme avait été élaboré par Célestin, son Directeur de Recherche qui s’était joint à lui avec enthousiasme dès le début du projet. Célestin était une source intarissable d’information sur les nuages. Il en avait d’ailleurs fait sa thèse de doctorat. Il connaissait tout, absolument tout sur les nuages et ses travaux avaient fortement contribués à l’élaboration de la machine à nuages. Simon aimait échanger avec Célestin, notamment pour leur passion commune.

Un après-midi, après un lunch un peu plus arrosé qu’à l’habitude, Célestin confia à Simon quelques souvenirs de son enfance dans ce petit village au nord du Tchad en bordure du Sahara.

– Là-bas, dit-il, l’eau est une ressource absolument rarissime. Quand, poussés par les vents, quelques timides nuages gris passaient au-dessus de notre village, nous sortions tous de nos cases, mes frères et soeurs, pour les observer, en priant le ciel pour qu’ils vident leur précieux contenu sur les champs rachitiques de notre père. Malheureusement ça ne se produisait qu’exceptionnellement. J’étais fasciné par cette capacité des nuages à susciter une joie immense et des rires quand ils arrosaient nos champs et j’aurais voulu connaître les mots justes pour qu’ils répondent toujours à mes prières. Évidemment, tout cela n’est pas aussi magique, mais quand on est enfant, tout nous semble possible. Et puis j’ai pu, grâce à l’aide humanitaire d’organisations chrétiennes, aller à l’école et en apprendre plus sur la nature en général. J’étais passionné par les sciences et comme j’étais assez doué, j’ai reçu par la suite différentes bourses qui m’ont permises de poursuivre des études supérieures et finalement compléter un doctorat en climatologie ici-même, à l’université de Montréal.

Après une pause, où il semblait regrouper ses idées, Célestin reprit.

– Au Tchad, certains l’ignorent, mais sous le désert du sahara se cache une immense réserve de millions et de millions de kilomètres cubes d’eau fossile. Malheureusement cette précieuse ressource est piégée dans le sol. La nappe aquifère nubienne, comme on l’appelle, est située à plusieurs centaines de mètres sous le sol du désert. Imaginez monsieur Simon, des dizaines de millions de mètres cube d’eau douce, juste là sous nos pieds, de quoi rendre le pays autonome, alors qu’en surface on peine à s’abreuver. D’autres pays, tel l’Arabie Saoudite ont réussi l’exploit dans les années 50 en forant un puit de plus d’un kilomètre de profondeur pour atteindre la nappe aquifère. Ce fut suffisant pour rendre le pays auto-suffisant en légumes, fruits, poulets, produits laitiers et même en faire l’exportation. La Lybie a aussi investi dans un projet titanesque de mer sous-terraine tirant son eau de la même source, mais au Tchad rien de tout cela n’a été entrepri faute de fonds. Je me suis dit que ce serait formidable de pouvoir extraire cette eau, la ramener en surface et la propulser dans le ciel avec une usine comme la vôtre, pour que les nuages, poussés par les vents la redistribue partout au pays. Ma terre natale reverdirait et le désert du Tchad ne serait plus cette terre aride que l’on connaît aujourd’hui. Mon peuple retrouverait sa fierté et sa pleine autonomie, libéré de cette dépendance que nous avons face à l’aide internationale.

– C’est un beau projet en effet, dit Simon et c’est tellement dommage de n’avoir qu’un ciel sans nuage. Pourquoi personne n’a-t-il réalisé ce projet?

– Oh, vous savez monsieur Simon, ces grands projets qui changent le destin d’un pays sont toujours problématiques, parce qu’ils altèrent fondamentalement les règles géopolitiques. Les bouleversements sociaux sont toujours périlleux et généralement les organismes internationaux et les puissants de ce monde cherchent à les contenir. Le Tchad a d’intéressantes ressources pétrolières, plus au sud, mais ces ressources ne sont pas exploitées au bénéfice du peuple. Les compagnies étrangères et quelques dirigeants s’enrichissent, mais le peuple n’en profite pas. Si la population n’avait pas à consacrer toute son énergie uniquement pour subsister et survivre de peine et de misère, je suis persuadé que l’on voudrait nationaliser ces ressources, mais cela nuirait grandement aux visées capitalistes de ces puissantes compagnies qui exploitent nos ressources pétrolières. Il y a, je crois, un intérêt financier à maintenir la population dans une certaine pauvreté parce qu’un estomac vide tient loin des préoccupations politiques.

– C’est là un jugement bien lourd de sens, répondit Simon après un moment de silence.

– Oui, je sais, dit Célestin. Je vous le dis à vous, mais je ne sais pas si j’aurais le courage de le dire haut et fort dans mon pays. Je pense qu’on me ferait taire.

– Vous savez quoi, Célestin, votre histoire m’intéresse. Laissez-moi y réfléchir.

Dans les jours qui suivirent, Simon disparu. Durant deux semaines entières, on s’inquiéta de ne le voir nulle part, même pas sur son banc au parc, puis il refit surface le matin du 16ième jour. Il fit le tour de l’usine comme si de rien n’était, saluant tous et chacun, puis convoqua Célestin dans son bureau. Ils discutèrent de façon animée pendant plus d’une heure, porte fermée avant que Célestin n’en ressorte, un grand sourire aux lèvres. Le projet était lancé.

Simon avait initié le plus grand projet de socio-financement jamais vu de l’histoire de ces plateformes numériques. L’objectif était d’amasser 1 milliard de dollars durant les 30 jours imposés pour atteindre la cible de socio-financement. C’était très ambitieux, mais la démesure du projet fit rapidement le tour des médias sociaux de sorte que plus de 300 millions de personnes de partout sur la planète versèrent cinq dollars chacun pour devenir actionnaire d’une titanesque usine qui serait construite au Tchad, aux portes du désert du Sahel. Ce usine à fabriquer des nuages visait à transformer en quelques années, la zone désertique du pays en une vallée verdoyante, comme l’avait rêvé Célestin. Une usine dix-huit fois plus grande que celle déjà construite et qui servirait de modèle. Elle puiserait son eau à même la nappe aquifère nubienne et serait alimentée en énergie par un immense champ de panneaux solaires servant à la rendre autonome. Les coûts d’entretien, un peu plus de 200 millions annuellement, seraient assumés par les actionnaires eux-même, mais ce qui, au final représenterait moins d’un dollar pour chacun d’entre eux. En contre-partie, au fur et à mesure que le pays reverdirait, on planterait 300 millions d’arbres, un par actionnaire et leur geolocalisation précise serait affichée de même que le nom de leur bienfaiteur sur GoogleEarth. Cette couverture verte auraient également pour fonction de retenir l’eau retombée des nuages et nourrir le sol. Ce projet à la fois colossal et excentrique, suscita un engouement immense, mais aussi de nombreuses levées de bouclier, comme l’avait prédit Célestin.

Des politiciens annoncèrent rapidement qu’ils redoutaient l’impact économique et géopolitique d’un tel projet qui leur paraissait largement improvisé. Les pays qui puisaient déjà l’eau de la nappe aquifère nubienne s’y opposèrent également. Des scientifiques s’inquiètèrent de l’impact de ces bouleversements à venir sur les vents, sur le climat, sur la faune locale. Le gouvernement Tchadien subit de fortes pressions d’organismes internationaux, de gouvernements étrangers et d’entreprises privées pour qu’ils bloquent ce projet par diverses lois internes, mais Simon avait prévu le coup en nommant Célestin comme porte-parole officiel et éventuel président de l’entreprise.

Célestin, d’origine Tchadienne etait un fils de cette région pauvre du pays. Il fut donc parfaitement  crédible en s’engageant officiellement et personnellement à ce que ce projet serve d’abord et avant tout le pays et sa population. La pression populaire et l’enthousiasme contagieux au Tchad, de même que la grande visibilité médiatique du projet eut un impact certain sur la décision du Président de la république d’y donner son aval. Il y voyait sans doute là une façon de s’en approprier le succès à des fins électoralistes, mais cela importait peu à Simon et Célestin. Malgré les embûches, l’usine fut donc construite en moins de deux années et Célestin prit la parole lors de l’inauguration:

– Chers amis, merci à vous tous. Merci d’avoir permis que se réalise un rêve d’enfant. Petit, je rêvais de contrôler les nuages pour qu’ils arrosent les champs de mon père. Ce rêve est aujourd’hui devenu réalité, non seulement pour les champs de mon père, mais aussi pour tous les vôtres et ceux de nos frères jusqu’aux confins de l’horizon. Nos récoltes seront plus abondantes, nos vaches et nos chèvres seront mieux nourries et nos puits seront bien remplis. A travers cette eau qui dormait sous nos pieds, nous reverdirons le pays. Ce qui paraissait un rêve d’enfant irréaliste s’est transformé peu à peu en un projet concret parce que j’y ai cru, parce que l’on y a tous cru. Parfois, on a de ces rêves qui persistent en nous sans que l’on sache comment les réaliser, mais en gardant obstinément les yeux sur l’horizon, on finit toujours par tracer son chemin. Je vous invite, mes amis, à rêver des projets les plus fous et surtout à y croire avec conviction. Consacrez-y vos pensées et votre énergie, car vous semerez ainsi dans l’univers ces graines porteuses de rêve qui voyageront comme le font les nuages et qui, par le hasard des destins, trouvont un jour le terreau fertile pour y croître.

Notre Père

Publié: 14 avril, 2017 dans amour, Écriture, Bonheur, Juste du bonheur, L'essentiel

avantledodo

– Allez Simon, répète après moi. Notre Père qui est aux cieux…

– C’est où les cieux, maman?

– Ben, c’est là-haut dans le ciel.

– Comme dans le soleil et les nuages?

– Oui, partout là-haut, dans l’univers, dans toutes les étoiles.

– C’est là qu’est papa?

– Non, pas papa, mais Dieu, notre père à tous.

– Ah bon.

– Allez, on reprend. Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié…

– Ça veut dire quoi sanctifié, maman?

– Ça veut dire que son nom est spécial, qu’il est sacré.

– Et c’est quoi son nom?

– C’est Dieu.

– Pourquoi est-ce qu’on veut que son nom soit spécial maman?

– Parce que c’est une personne unique, c’est notre Père à tous.

– Et mon nom à moi est-ce qu’il est spécial?

– Oui, bien sur mon amour, ton nom est spécial et toi aussi tu es une personne géniale et unique.

– D’accord.

– Allez, on reprend. Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne…

– C’est quoi un règne maman?

-On ne finira jamais, si tu m’interrompts tout le temps Simon (Soupir). Un règne, c’est lorsqu’une personne décide de tout, impose son autorité et sa vision des choses à tous le monde.

– Comme toi maman?

– Oui, on peut dire ça. On veut que Dieu règne sur la terre pour que l’on vive en paix, qu’il n’y ait plus de guerre, de pauvreté, de chicanes, que chacun puisse être heureux, avoir à manger, une maison, des amis.

– Moi, j’ai des amis, maman. Il y a Paul et Achille. On mange souvent des biscuits ensemble et on ne se chicane pas et on s’aime bien et on a tous une maison. Crois-tu que c’est le règne de Dieu?

– C’est vrai qu’on est heureux Simon et qu’on a tout ce qu’il nous faut, mais ce n’est pas le cas de tous les enfants sur la planète. Quand le règne de Dieu viendra, tous les habitants de la terre seront heureux comme nous.

– D’accord.

– On reprend. Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. Que ta volonté soit faite, sur la terre, comme au ciel. Donnes-nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonnes-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés…

– C’est quoi être offensé maman?

– C’est lorsque quelqu’un t’a fait de la peine. Il faut apprendre à pardonner à ceux qui nous ont fait de la peine, de la même façon qu’on aimerait être pardonné quand on a fait de la peine à quelqu’un.

– Comme lorsque j’ai brisé le tracteur d’Achille et qu’il pleurait?

– Oui, on peut dire cela. Tu ne voulais surement pas qu’Achille ne veuille plus être ton ami parce que tu avais brisé son tracteur, n’est-ce pas?

– Non, j’avais de la peine moi aussi. Après, il ne voulait plus me prêter ses jouets et je suis revenu à la maison, mais le lendemain, on jouait encore ensemble, on était amis.

– Voilà, Achille t’avait pardonné.

– D’accord.

– Allez, on fait la prière jusqu’à la fin maintenant, d’accord?

– D’accord.

– Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnes-nous aujourd’hui notre pain quotidien. Pardonnes-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous soumets pas à la tentation, mais délivres nous du mal. Amen. Allez, maintenant, monte dans ton lit.

– Je t’aime maman.

– Moi aussi mon loup. Bonne nuit.

les éclopés sociaux

Publié: 9 avril, 2017 dans Écriture, Bonheur, famille, L'essentiel

Atelier d’écriture de Leiloona.

En s’inspirant d’une photo de Kot, écrire un court texte, juste pour le plaisir d’écrire.

Kot

– Tu sais mec, la vie, faut pas trop lui en demander. Tu prends ce qu’elle te donne et tu fais avec. Toutes ces conneries de « si tu veux tu peux » ou « aides-toi et le ciel t’aidera » n’ont rien à voir avec la réalité. Si tu veux survivre, tu as besoin des autres, point à la ligne. tu peux pas faire tout seul. C’est pas le ciel, Dieu ou l’univers qui vont t’aider quand ça va mal, c’est tes potes, ceux qui vivent dans la même merde que toi et qui vont t’offrir un petit remontant quand tu en as besoin ou une clope même s’il ne leur en reste que deux. Et tes potes, c’est aussi ceux que tu as aidé un jour ou que tu vas aider demain. C’est cette solidarité qui tient le monde et rien d’autre. Y a que ceux à qui c’est jamais arrivé de tout perdre qui se croient capable de s’en sortir tout seul, mais un jour, la vie va leur foutre une baffe en pleine gueule et là, ils vont comprendre. Bref, merci pour la clope mec, t’es vraiment sympa!

 

souche
La folie avait débuté suite à un article paru dans le journal local et qui titrait: « L’arbre qui parle aux morts ».
.
À prime abord, c’était une histoire invraisemblable qui sentait l’arnaque: Un arbre centenaire planté au beau milieu du cimetière de Sainte-Marthe-des-pas-perdus permettait aux gens décédés de communiquer avec le monde des vivants. Le mécanisme semblait relativement simple, voire simpliste. Il suffisait à un vivant, n’importe qui, d’attacher un petit bout de papier à une branche et dans les jours qui suivaient, un message provenant de l’au-delà y apparaissait comme par magie.
.
Suite à la parution du journal, la rumeur s’était répandue comme une traînée de poudre dans le village et rapidement, s’étaient multipliés le nombre de bouts de papier attachés à l’arbre qui parle.  Les messages étaient de différentes natures, parfois gentils, parfois moins, mais ce qui rendait le phénomène stupéfiant c’est que tous reconnaissaient de façon formelle l’écriture manuscrite et le style littéraire des personnes décédées. On avait bien tenté de démasquer l’imposture, mais sans y parvenir. Les messages n’y apparaissaient que la nuit et sans témoin. Si quiconque tentait d’observer le phénomène en direct ou par une caméra de surveillance, rien ne se produisait cette nuit-là. Les sceptiques crièrent à la supercherie, mais faute de pouvoir la démontrer, la croyance populaire l’emporta et face aux pressions de la population locale, le conseil de ville embaucha des gardiens de sécurité qu’ils postèrent en périphérie du cimetière pour empêcher quiconque de s’en approcher la nuit. On assurait ainsi la fluidité des communications avec l’autre monde.
.
La nouvelle se répandit progressivement dans la région, puis plus loin encore, de sorte qu’en quelques semaines, le village fut littéralement envahit par une foule de curieux venant quotidiennement faire la file, soit pour attacher leur ficelle et bout de papier soit pour prendre connaissance du message qui leur était adressé. On n’avait jamais vu un cimetière aussi rempli de gens vivants.
.
Puis, peu à peu, un malaise s’installa au sein de la population. La nature humaine étant ce qu’elle est, les gens ne se contentèrent pas de lire uniquement les messages qui leurs étaient adressés, de sorte que des tas de secrets que l’on croyait enfouis avec les défunts commencèrent a refaire surface et se répandre en ragot un peu partout dans les villes environnantes. À la lumière de certaines informations, les autorités policières reçurent même de la pression pour ouvrir certaines enquêtes, notamment une concernant le Colonel Preston.
.
L’épouse du Colonel Preston était décédée l’année précédente de mort naturelle, c’est du moins ce qu’indiquait le certificat de décès. Or, à peine 2 mois après l’incinération, une plantureuse blonde était venue s’installer dans la résidence du colonel, ce qui avait suscité toutes sortes de rumeurs sur les causes du décès. En outre, pour ajouter aux rumeurs, depuis quelques jours, l’épouse défunte était devenue passablement volubile. Elle avait ainsi laissé entendre, par arbre interposé, qu’elle dévoilerait bientôt une cruelle vérité.
.
Or, le lendemain matin, peu après le lever du soleil, alors que les gardiens avaient quitté leurs postes de garde, quelqu’un s’introduisit dans le cimetière, une hache à la main et l’arbre bavard fut réduit au silence. Comme on s’en doutait, l’enquête menée par les policiers identifia le Colonel comme responsable de la mort de l’arbre, mais faute de mieux, on dû se contenter de l’accuser de méfait public de sorte qu’il écopa d’une amende ridicule, malgré les vives protestations de la population.
.
L’arrogant Colonel se cru ainsi rassuré et à l’abri des témoignages d’outre-tombe et dans les semaines qui suivirent, on le vit régulièrement parader effrontément dans les rues du village, affichant fièrement son uniforme, ses médailles et sa plantureuse petite amie.
.
Sa conduite victorieuse fut tout de même assez brève, puisqu’au printemps suivant, une énergique petite repousse vint pointer son nez au sommet de la défunte souche, annonçant ainsi la reprise éventuelle des témoignages de l’au-delà.

Ombre et lumière

Publié: 11 décembre, 2016 dans amour, Écriture, Bonheur, Juste du bonheur, L'essentiel

Atelier d’écriture de Leiloona.

En s’inspirant d’une photo de Marion Plus, écrire un court texte, juste pour le plaisir d’écrire.

ombres-fantomatiques-marion-pluss

Alors que j’écoutais le silence des flocons de neige tombant paresseusement vers le sol, une image de toi m’est revenue en tête. Celle d’un matin où, ouvrant les yeux, je t’ai vue là, nue face au miroir, à peigner tes longs cheveux sans te soucier de ma présence, me croyant sans doute endormi. La tête un peu penchée comme ça,  tu te regardais dans les yeux, sans pudeur, à la fois concentrée et perdue dans tes pensées tout en appliquant machinalement de longs coups de brosse à tes cheveux, les laissant retomber ensuite librement et bien dressés sur tes épaules. Un filet de lumière pointant par les rideaux entrebaillés, dessinait sur ton dos d’envoutantes ombres chinoises qui ondulaient en racontant une histoire sans début ni fin. Et puis dans tes yeux, j’ai vu cette étincelle indiquant ton retour en ce monde. Tu m’as regardé de l’autre bout du miroir, tu m’as souri et tu es venue me rejoindre en grimpant lentement sur le lit dans une démarche toute féline.

Atelier d’écriture de Leiloona.

En s’inspirant d’une photo de Leiloona, écrire un court texte, juste pour le plaisir d’écrire.

londres-800x600

La vie de quartier a beaucoup changé depuis l’arrivée de ces gens de couleur. Au début, les autorités les avaient confinés dans une zone restreinte par crainte des infections, mais rapidement, ils ont compris que ces gens ne représentaient une menace ni pour la sécurité, ni pour la santé de la population, alors ils les ont laissés s’installer parmi nous.

Rapidement, nous avons su où ils habitaient puisqu’ils avaient tous repeint la façade de leur maison de couleurs vives. C’était un peu étrange et déstabilisant au départ, mais on s’y est fait rapidement et je dois dire que ça avait tout de même un certain style. On a su par la suite que c’était une blague de leur part, un clin d’oeil à notre l’indignation spontanée pour tout ce qui est différent. Ils ont un humour particulier, ces gens de couleur, tout en subtilité. Ils se moquaient ainsi gentiment de nous parce que pour eux, la différence est hautement souhaitable. D’ailleurs ce qu’on appelle « différence », eux l’appellent « la diversité des écosystèmes ». Lors d’une soirée d’échange organisée par l’un d’entre eux (ils en organisent à toutes les semaines), on m’avait expliqué que l’adaptation est une caractéristique universelle chez toutes les espèces vivantes. Au contact d’un changement environnemental, ce mécanisme se met en route et les individus qui savent en tirer parti seront dès lors, les mieux outillées pour survivre et perpétuer leur lignée. De même, si une espèce perdait cette faculté à s’adapter, elle s’éteindrait en quelques générations. C’est ce qu’ils appelaient la sélection naturelle. Selon eux, une société qui ne modifie jamais ses habitudes de vie ou qui ne fait face à aucun changement notable de son environnement perd progressivement ce réflexe d’adaptation et c’est pourquoi il était essentiel d’accueillir et valoriser la différence plutôt que la craindre.

À travers ces soirées d’échange, on s’est apprivoisé peu à peu. Nous avons appris à les connaître et voir au-delà de ce qui nous choquait au départ. Progressivement, on a oublié leur couleur différente et leur odeur corporelle inhabituelle pour s’intéresser plutôt à qui ils étaient. J’ai ainsi appris que la couleur verte de leur peau originait d’une adaptation majeure de leur espèce ne datant que de quelques générations. Cette évolution avait permis à un partie d’entre eux de survivre aux famines découlant d’une surexploitation éfférénée qui avait épuisé les ressources de leur planète. Tout comme les plantes, leur peau, pigmentée de chlorophylle, utilisait la photosynthèse pour transformer l’énergie solaire et combler leurs besoins énergétiques. C’était une évolution assez étonnante, il faut le reconnaître. Sachant notre planète menacée, ils sont venus partager leur savoir et nous aider à éviter le pire. Les couples mixtes ont commencé à se former depuis l’année dernière et bon, je dois vous dire que depuis peu, je suis en couple avec l’une d’entre elles et justement, hier après-midi, pour marquer mon adhésion au changement qui s’annonce, j’ai repeint en vert la façade de notre maison.

Questions sans réponse

Publié: 6 novembre, 2016 dans Écriture, Bonheur, Réflexions, Société

Atelier d’écriture de Leiloona.

En s’inspirant d’une photo de Julien Ribot, écrire un court texte, juste pour le plaisir d’écrire.

julien-ribot-regards-sur-nos-villes-800x533

– Je fais un rêve étrange depuis quelques temps docteur. Je me retrouve devant une vieille maison délabrée et j’entends une voix d’enfant en détresse qui appelle de l’intérieur. Je tente désespérément d’ouvrir le gros portail, sans y parvenir alors que ces cris persistent et prennent toute la place. Je m’éveille ensuite en sueur, le coeur battant. J’ai fait trois fois ce rêve depuis jeudi dernier. Exactement le même rêve. Croyez-vous que ce soit une vision ou quelque chose du genre?

– Non, je ne crois pas. À travers les rêves, le subconscient s’exprime généralement en parabole. Il utilise des images de votre quotidien pour construire des scénarios représentatifs de ce qui vous préoccupe.

– Mais je n’ai jamais vu cette maison.

– Je comprends. Elle peut cependant être une reconstruction d’un souvenir d’enfance qui vous effrayait ou vous perturbait et dont les émotions vécues à l’époque s’apparentent à une situation que vous vivez maintenant. Est-ce que vous vivez une situation difficile actuellement, au travail ou à la maison?

– Honnêtement, rien qui sorte de l’ordinaire. Chaque jour ressemble au précédent.

– L’image est peut-être à un autre niveau. L’enfant qui crie pourrait être une partie de vous qui est enfermée dans votre quotidien et qui demande de l’aide pour être libérée. Ces journées répétitives qui se ressemblent toutes correspondent-elles à ce que vous aspirez dans la vie?

– Je ne me suis jamais trop posé la question. J’ai un travail un peu répétitif, mais sans stress qui me permet de vivre convenablement. Je vis seul avec mes chats Zoé et Bertrand. Je n’ai pas de problèmes de santé, j’ai un appartement sobre répondant à mes besoins et à mon budget et jusqu’à la semaine dernière, je dormais relativement bien. Si ce n’était de ces mauvais rêves, que demander de plus dans la vie?

– Si ça vous convient, c’est ce qui compte. La caractéristique répétitive de votre rêve est toutefois un peu préoccupante. Habituellement, elle est liée à un choc émotionnel important, à des émotions insupportables qui résultent d’un épisode violent ou traumatique et qui n’ont pu être intégrées parce que trop soudaines. La répétition permet à votre conscience de les apprivoiser et guérir progressivement si on peu le dire ainsi.

– Je n’ai rien vécu du genre.

– Ça peut aussi être par association. Parfois ce sont simplement des images vues à la télé ou sur internet qui génèrent un choc.

– Docteur, je n’ai pas internet et j’écoute très peu la télé. Je préfère lire de la poésie. Quoi qu’en y repensant, il y a bien cette histoire d’enlèvement d’enfants dont on parle depuis quelques temps et que je trouve vraiment terrible. De si jeunes enfants. Vous croyez que ça pourrait être lié à ça?

– C’est très possible en effet. C’est une affaire qui en perturbe plus d’un. Dites-vous cependant que nos forces policières travaillent d’arrache-pied sur cette affaires et qu’ils feront l’impossible pour les retrouver.

– Espérons-le. D’accord, Merci Docteur.

Dans les semaines qui suivirent, Paul eu encore ce cauchemar à répétition mais il garda tout cela pour lui. Le soir, après le travail, il arpentait souvent les rues, cherchant cette fameuse maison, mais sans résultat jusqu’à ce qu’il apprenne, le soir du 11 novembre que les enfants avaient enfin été retrouvés. Bien que mal en point, ils étaient tous vivants. Quel soulagement. La population pourrait enfin reprendre sa vie normale et permettre à nouveau aux enfants de retourner jouer au parc. Le prédateur, un homme dans la soixantaine discret et peu connu du voisinage, les avait enlevés et enchaînés à la cave pour une raison qu’il restait à élucider. Le choc pour Paul, fut d’apprendre qu’il s’agissait d’Armand Duteuil, un de ses collègues de travail.