Archives de la catégorie ‘plaisir’

Pensée du jour

À chaque année, c’est le spectacle des couleurs partout autour de la maison. Je ne connais pas les noms latins de ces fleurs, mais je les trouve toutes magnifiques. Je ne peux pas facilement distinguer une vivace, d’une annuelle ou d’un bulbe, mais en réalité, ce qui m’intéresse, c’est surtout d’en profiter et comme le travail a été fait par Josée il y a déjà plusieurs années, il ne reste plus qu’à assister gratuitement au spectacle qui débute au printemps et qui va s’étirer jusqu’à l’automne avec une alternance de couleurs, des parfums et de formes.

Pensée du jour

Pensée du jour

C’était un 6 mars 1971.

2018-03-06-0002

S’endormir

Publié: 3 mars, 2018 dans Bonheur, L'essentiel, plaisir, psychologie

Il y a quatre lieux où je me projette mentalement quand vient le temps de m’endormir. Aussi curieux que ça puisse paraître, ces projections mentales m’aident à apprécier le confort de mon lit et favorisent mon sommeil.

Ainsi, je m’imagine parfois sur une corniche, au beau milieu d’une falaise, après avoir mis beaucoup d’effort pour me hisser jusque là. C’est comme un instant de repos unique, qui suit l’effort, qui demeure entouré de danger, mais où je suis tout de même en sécurité. Je glisse aussi une jambe hors du lit et j’imagine l’air plus froid de la montagne.

Il m’arrive aussi de m’imaginer emmitouflé au centre d’un arbre creux tombé au sol. En pleine nature, entouré de bêtes sauvages, mais protégé par ma carapace de bois.

Parfois, j’allume aussi la radio de ma table de chevet et je synchronise, pour quelques minutes, une fréquence entre deux postes, pour entendre le bruit blanc qui rappelle une chute d’eau. J’imagine alors mon lit installé dans une caverne, cachée bien au fond, derrière la chute.

Sinon, pour m’endormir, je m’imagine aussi dans une salle de cinéma, quand toute les lumières s’éteignent avant le début du film. Je me concentre sur l’écran noir devant mes yeux et je laisse les images apparaître une à une, comme si elles n’étaient pas de moi et je me contente de les regarder, d’être un spectateur passif. Je les regarde  sans penser à quoi que ce soit, sans penser ce qu’elles m’inspirent, je les laissent simplement glisser sans y réfléchir, sans en rajouter.

Et ainsi, en peu de temps, je glisse dans le pays des rêves.

Respecter le timing

Publié: 13 août, 2017 dans Bonheur, L'essentiel, motivation, plaisir

IMG_1236Je suis ponctuel. Depuis toujours. Arriver à l’heure (même un peu en avance) à une réunion, un rendez-vous, une rencontre est pour moi un incontournable.

Dans les dernières entreprises où j’ai travaillé, j’ai été surpris de constater à quel point certaines personnes, souvent des hauts dirigeants, n’arrivent pas à l’heure aux réunions. Ça donne évidemment un drôle de message aux employés quand on leur rappelle l’importance de respecter les échéanciers, parce qu’au fond, il s’agit de la même chose: Évaluer le temps imparti à une tâche et s’organiser pour le respecter.

Pour ma part, si je suis l’hôte de la réunion, je débute à l’heure prévue, même s’il manque des participants (peu importe qu’il soit haut dirigeant ou pas) et je termine à l’heure prévue. Je considère que c’est une question de respect pour les autres qui ont probablement d’autres activités prévues après la rencontre.

Pour les rendez-vous chez le médecin, alors là, on n’y peut pas grand chose. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé de passer à l’heure prévue, mais dans mon cas c’est exceptionnel. Je ne me rappelle même plus si ça s’est déjà produit. Il faut dire que dans un système public comme le nôtre au Québec, le client, c’est-à-dire celui qui paie directement le médecin pour le service, c’est n’est pas le patient, mais plutôt le gouvernement. Comme dans toute entreprise, on soigne d’abord la relation avec ses clients et le gouvernement veut contrôler et limiter les coûts, alors il n’est pas question que le médecin attende son patient en retard. On cédule donc les patients 15 voire 30 minutes plus tôt pour s’assurer qu’ils soient là.

Moi qui ai l’habitude d’arriver 15 minutes en avance, forcément j’attends plus souvent qu’à mon tour, mais que voulez-vous, c’est plus fort que moi. Ça me mettrai vraiment mal à l’aise, d’arriver à 15h30 pour un rendez-vous à 15h15, même si au final le médecin ne me voyait qu’à 15h45. C’est un peu fou quand je dis cela comme ça, mais on ne se refait pas.

Chez le dentiste, c’est beaucoup mieux, parce que le système est privé. C’est moi qui paie, alors c’est moi le client. Si je ne suis pas satisfait du service qu’on m’offre, je peux aisément aller voir ailleurs, alors les bureaux de dentiste s’organisent en conséquence pour conserver leurs clients. Dans le pire des cas, chez mon dentiste, j’attends 5 minutes et quand ça se produit, on s’excuse du retard. Pas étonnant que je sois fidèle à mon dentiste depuis presque 20 ans, même s’il y en a un autre beaucoup plus près de chez moi.

Je me souviens qu’une fois, je devais aller me faire couper les cheveux et mon coiffeur pour homme habituel était en vacances. Je suis donc allé près de chez moi dans un salon de coiffure unisexe que m’avait suggéré ma conjointe. J’ai pris place sur la chaise de la coiffeuse avec près de 45 minutes de retard et mon rendez-vous était pourtant tôt à 10h00 le matin. J’avais trouvé cela inacceptable, et j’ai demandé à la coiffeuse si ça se produisait souvent ce genre de retard. Elle m’avait dit que c’était normal et que l’on passe toujours en retard dans les salons de coiffure pour dame. Sa réponse m’avait un peu étonné. Si on est systématiquement en retard, pourquoi ne pas simplement revoir les façon de faire et prévoir plus de temps pour chacune des rencontres. C’est un peu comme si la coiffeuse se dit que puisqu’elle est vraiment occupée durant toute sa journée, tout est correct. C’est conclure que son temps à elle est plus important que celui de ses clients. Enfin, je ne suis jamais retourné à ce salon.

Demain lundi, je débute un nouvel emploi. C’est mon 4ième emploi au cours des 6 dernières années. Cette fois, je pense que ce sera le dernier et je compte bien y travailler les 10 prochaines années, même si c’est ce que je disais pour l’entreprise que je viens de quitter. Il faut dire que dans ce cas particulier, c’était un choix familial. Les projets d’expansion internationale de cette entreprise m’auraient amené à voyager beaucoup plus au cours de l’année à venir. J’estimais que les voyages dûs aux acquisitions à l’étranger et au démarrage de nouvelles entreprises auraient requis de 5 à 10 semaines en voyages à l’étranger. Dans le contexte où ma conjointe fait face à un cancer difficile à soigner, je trouvais impensable d’être loin d’elle pendant de si longues périodes.

Tout cela pour dire que j’ai testé mon timing ce matin, en fonction de l’heure que j’ai prévu me présenter pour ce premier jour de travail. J’ai prévu être là à 8h. Il me faut 35 minutes pour me rendre sur place. Je voulais également avoir le temps de faire mon jogging, m’entraîner avec mon nouvel appareil de musculation (photo plus haut), déjeûner en lisant les nouvelles sur internet, en faisant le tour des médias sociaux (Facebook, Linkedin, blogues), pratiquer mon espagnol sur Duo Lingo, prendre une douche et m’habiller. En me levant à 5h30, je me suis dit que ça devrait être OK, mais je voulais tester mon estimation. En réalité, surtout si je veux déjeûner sans me presser, je constate qu’il me manque 15 minutes, alors soit je me lèverai à 5h15, soit j’alternerai jogging et musculation un jour sur deux.