Archives de la catégorie ‘Politique’

Pas de tataouinage

Publié: 21 décembre, 2016 dans Environnement, Politique, Société

tataouineCette expression est bien connue au Québec et signifie d’arrêter de tergiverser, d’hésiter, bref de se grouiller le cul.

Mais d’où peut bien venir cette expression?

Il existe, en Tunisie, une ville appelée Tataouine, qui tient son nom de tittawen, qui, en berbère, est le pluriel de tît qui signifie source. Ce lieu était connu à l’époque pour être un simple relai sur la route des caravanes où on s’arrêtait pour s’abreuver puisqu’on y trouvait une source d’eau.

Comme c’était uniquement un relai, on ne voulait pas d’y attarder trop longtemps, d’où l’expression dérivée du verbe tataouiner et utilisée au Québec.

Je pense à cette ville aujourd’hui, parce que j’ai lu dans les médias que le suspect recherché par la police allemande suite aux attentats de Berlin était originaire de Tataouine.

Évidemment, ce n’est pas la meilleure façon de faire connaître sa région.

Regret sincère

Publié: 3 décembre, 2016 dans bêtise humaine, BD, Politique

regrets

Méritocratie

Publié: 29 juin, 2016 dans Politique, Réflexions, Société

À vivre dans un pays libre où règne une paix et une sécurité relative et où les guerres se font essentiellement avec des mots ou sur une patinoire, on oublie souvent que la démocratie est un des piliers de notre société. On l’oublie au point où aller voter devient pour plusieurs une corvée plutôt qu’un privilège. Voter pour l’un ou pour l’autre, c’est souvent du pareil au même se dit-on, dans la mesure où ça a peu d’incidence sur notre quotidien.

Pourtant, au départ, la démocratie, c’est le pouvoir du peuple de décider des règles qui le gouverne et de s’y soumettre au terme d’un vote majoritaire. C’est ça la démocratie. Se soumettre à un résultat contraire à nos convictions mais souhaité par une majorité lors du vote, n’est pas nécessairement facile, mais c’est ce qui assure la paix civile et sociale. Bafouer ces règles, c’est s’exposer à une révolte du peuple.

Dans le contexte de résultats serrés lors d’un vote, la participation fait toute la différence. Il y a quelques années, dans ma région, un maire avait été élu avec une seule voix de majorité. Un seul vote et ce, après recomptage. La démocratie avait parlé et le maire s’est senti pleinement justifié d’exercer le rôle que lui avait confié sa population. Après coup, tout ceux qui n’avaient pas voté ont pris conscience du pouvoir qu’il aurait pu exercer pour faire pencher la balance en faveur de l’autre candidat. Dans ce cas particulier, ce fut tout de même positif, puisque le maire fut réélu lors de l’élection suivante, 4 ans plus tard.

Dans le vote sur le Brexit, 72% de la population votante a exercé son droit de vote. Il y avait donc 28% des gens pour qui, rester ou sortir de l’Union Européenne n’avait apparamment aucune incidence sur leur quotidien, du moins c’est ce qu’ils croyaient. Les conséquences de nos décisions n’apparaissent parfois que plus tard, parfois trop tard.

L’Union Européenne a maintenant intérêt à ce que le Royaume-Uni s’écroule économiquement en quittant. S’il en est autrement, c’est l’Union Européenne qui éclatera de toutes parts. Mais d’une façon comme de l’autre, c’est une crise économique qui pointe à l’horizon.

Reste à voir si on bafouera les règles démocratiques pour se sortir de cette situation périlleuse, au risque de déclencher la révolte du peuple.

Peut-être, après tout, vit-on dans une méritocratie, parce qu’au final, on a toujours ce qu’on mérite.

50% + 1

Publié: 24 juin, 2016 dans Politique, psychologie, Réflexions, Société

2016-06-24 08_36_42-brexit - Recherche Google

Hier soir, j’écoutais une entrevue avec Lucien Bouchard à Télé-Québec, où il racontait son parcours politique, la période de Meech, sa démission du parti Conservateur, la création du bloc, le référendum de 95, sa venue au Parti Québécois….

J’ai toujours beaucoup admiré cet homme, son franc-parler, la cohérence de son propos. Il fut un homme d’état avec les qualités de chef comme on n’en avait pas vu depuis René Lévesques, bon négociateur, charismatique et avec une vision claire qu’il savait partager.

Ce documentaire a réouvert le blessure de 95, parce que je me souviens de la déception ressentie ce soir du 30 octobre, quand à moins de 1% d’écart, le Québec aurait pu devenir un pays.

En même temps, si les chiffres avaient été inversés, je doute que ça ait été facile. On ne fait pas un pays avec la moitié de la population qui rame dans une direction tandis que l’autre rame à contre-sens. Ça aurait facilement pu devenir un chaos. Le Fédéral qui refuse le résultat, réclame son propre référendum avec sa propre question, le reste du pays qui demande la démission du Québécois Jean Chrétien qui aurait été inapte selon eux à négocier cette séparation. Les amérindiens auraient demandé leur propre souveraineté, le morcellement du territoire, le Canada n’aurait pu accepter que les provinces maritimes soient isolées du reste du Canada, réclamant un couloir canadien au travers du Québec qui aurait forcément passé par Montréal qui aurait voulu rester au sein du Canada plutôt que du Québec, les ententes commerciales (Libre-échange, Norad, pacte de l’auto) qui auraient dûes être renégociées, bref, ça n’aurait pas été facile. Faisable, mais pas facile.

Suite au référendum de 95, le Fédéral a soumis un projet de loi sur la clareté référendaire dans laquelle il ne clarifie pas grand chose, invoquant surtout le fait que le résultat doit relever d’une « majorité claire » sans définir ce que signifie ce terme, mais laissant entendre que 50% + 1 est insuffisant pour sortir du Canada (même si c’était suffisant pour y entrer -Terre-Neuve en 1949-).

Tout cela pour dire que le Royaume-Uni vient de voter à un peu moins de 52% pour sortir de l’Union Européenne. Et c’est une majorité suffisamment claire dans un système démocratique pour entériner le résultat.

Mais bon, ça ne sera pas facile. Faisable, mais pas facile. L’Écosse voudra à nouveau se séparer et rejoindre l’Union Européenne, Peut-être l’Irlande également, les traités devront être renégociés, les douanes réinstaurées, les bourses s’écroulent et deviennent volatiles, c’est à suivre.

coutsturcot


couillard

Comment dire…

Publié: 1 mars, 2015 dans bêtise humaine, Politique, Société

Poutine