Pensée du jour

Image  —  Publié: 18 juin, 2018 dans Environnement, motivation, Pensée du jour, Science, Société

Pour l’atelier d’écriture de Leiloona. En s’inspirant d’une photo, écrire un court texte, juste pour le plaisir d’écrire.

abstract-aircraft-airplane-1058327

Crédit photo: © Pille Kirsi

Je les avais aperçus une première fois, alors qu’on vivait une forte période d’incertitude. Cette année-là, j’étais plutôt inquiet de l’ambiance générale qui s’était installée au sein de la population. L’humanité glissait progressivement vers le chaos et de jour en jour, les peuples se dressaient un peu plus les uns contre les autres. Ils érigeaient des murs pour protéger leur frontières, assurer leur autonomie et défendre leurs ressources, ils proclamaient toujours plus fort leurs particularités et différences pour mieux distinguer l’intrus, pour identifier l’ennemi, le cibler et l’exclure du nous. Mon grand-père m’avait mis en garde à l’époque des méfaits de ces multiples désaccords, des menaces à peine voilées et des conflits répétés qui échauffent peu à peu les esprits et font progressivement naître de terribles guerres. Il m’avait expliqué comment la haine s’insinue subtilement dans le coeur des hommes pour que vienne un temps où la seule option possible ne soit l’affrontement. Il m’avait raconté comment ces combats pour l’emporter ne font toujours que des perdants, comment ils révèlent et alimentent la part sombre de chaque être, comment ils jettent un voile obscur sur des générations et des générations à venir par une rancoeur transmise à nos fils et à nos filles. La guerre, disait-il, divisera toujours les hommes et ne laissera jamais que des pleurs et des pauvres encore plus pauvres de tout. C’est dans ce contexte que je les avais observés la première fois.

Arrivés de nulle part, d’imposants voiliers avaient parcouru le ciel de chacune des villes et des cités et s’étaient posés au sommet des arbres. Ils ressemblaient à s’y méprendre à des oiseaux, volaient et chantaient comme des oiseaux, mais ceux-ci, m’avait dit mon grand-père, étaient d’une race à part, d’une espèce sacrée. C’était des oisanges. On les avait envoyés pour redonner du poids à la lumière, pour faire pencher la balance avant qu’il ne soit trop tard, pour infléchir les choix et les décisions de ceux qui doutaient encore, en leur murmurant doucement, sous le couvert de chants mélodieux, des paroles apaisantes, des pensées rassurantes, en leur rappelant ce qu’ils sont et ont toujours été, en réveillant en eux la bienveillance et la tolérance qui s’étaient temporairement endormies, endurcies et ensevelies sous une souffrance imaginaire. Par ces murmures bienfaisants, peu à peu, ils avaient ouvert leur coeur à nouveau, les mains s’étaient tendues, les visages adoucies, éloignant ainsi la menace qui pesait alors sur l’humanité toute entière. Puis, comme ça, un petit matin, dans un bruissement d’ailes, les oisanges étaient simplement repartis d’où ils étaient venus. Mission accomplie.

Tendez l’oreille à leurs chants, observez bien la cime des arbres et sondez vos coeurs aux bienfaits de leurs murmures, car ils sont là, maintenant. Les oisanges sont revenus.

Pensée du jour

Image  —  Publié: 17 juin, 2018 dans Bonheur, humour, Société

Pensée du jour

Image  —  Publié: 16 juin, 2018 dans Pensée du jour, psychologie, rêves

Pensée du jour

Image  —  Publié: 15 juin, 2018 dans Bonheur, Pensée du jour, plaisir, psychologie, santé

Pensée du jour

Image  —  Publié: 14 juin, 2018 dans amour, Bonheur, Juste du bonheur, L'essentiel, Pensée du jour, plaisir

Pensée du jour

Image  —  Publié: 13 juin, 2018 dans amour, Bonheur, Expérience nouvelle, Juste du bonheur, Pensée du jour, psychologie