Articles Tagués ‘science du comportement’

Quand j’étais enfant, l’hiver, je me souviens qu’on s’amusait à marcher yeux fermés dans les champs. Au bout d’un certain temps, on ouvrait les yeux pour observer nos traces dans la neige et constater le trajet parcouru. C’est vraiment difficile d’aller en ligne droite, quand on ne voit pas ou on va. Je lisais ce matin un article ou l’on parlait des expériences conduites par une équipe de l’institut Max Planck en Allemagne. Ils ont ainsi mesuré le parcours de personnes dans une forêt dense, sans point de repère. Ils ont également fait l’exercice dans le désert de Tunisie pour constater qu’en l’absence de balise ou de boussole, les gens tournent en rond.

Dans la vie de tous les jours, nos comportements sont assez similaires. En l’absence d’objectifs bien définis nous permettant de concentrer nos efforts et notre attention, on virevolte à gauche et à droite, on tourne en rond sans aller nulle part. Se fixer des objectifs de vie, c’est un peu comme se doter d’une boussole nous permettant d’aller dans la bonne direction.

La personnalité  est un équilibre qui s’est établi entre les différentes composantes psychologiques  d’un individu à travers ses expériences de vie.

Certains n’aiment pas tel ou tel aspect de leur personnalité et aimerait en changer,sans nécessairement pouvoir bien mesurer les conséquences d’un tel changement sur leur identité. Lorsque l’on rompt l’équilibre, on ne sait jamais quand et comment il se rétablira. Le chaos est un état très actif, ou se créent de nouveaux liens, de nouveaux arrangements et une fois le nouvel équilibre atteint, on découvre parfois des dommages collatéraux  mal anticipés, voire pas anticipé du tout.

Selon Erikson (1968), l’adolescence est notamment une période critique de formation de l’identité, puisque l’état chaotique, la confusion identitaire sont très présents à cette époque de la vie ou l’on cherche à stabiliser, fixer qui l’on est. Une fois adulte, on peut ainsi vouloir changer un aspect de sa personnalité, mais une fois l’équilibre atteint, c’est plus difficile. C’est la loi de l’inertie.  Ainsi un tel est soupe-au-lait ou colérique, tel autre est timide ou revanchard, rancunier, condescendant, narcissique ou bonasse, manque de confiance en lui ou est trop arrogant, s’exprime sans réfléchir ou ne s’exprime pas du tout, toujours en retard ou de mauvaise humeur, égocentrique ou dépendant affectif,  incapable de se lier d’amitié ou incapable d’être seul.

L’hypnose, certaines maladies, un choc psychologique, une thérapie, une lésion ou la consommation de drogues peuvent amener des changements de personnalité drastiques et surprenants, puisqu’ils permettent de passer outre les barrières du conscient, érigées de façon à protéger ou maintenir l’ équilibre identitaire. Je pense notamment au film « Full Metal Jacket » datant de 1987 réalisé par Stanley Kubrick. C’est une histoire se déroulant dans un camp d’entraînement des recrues de la Marine américaine. Un sergent brutal s’acharne sur un jeune soldat un peu faible d’esprit mais sans méchanceté et il finit par briser complètement sa personnalité et le transformer en machine à tuer incontrôlable.

Si l’on peut transformer un simple d’esprit en bête sanguinaire, pourrait-on, à l’inverse transformer un être méchant en un être bon en s’y prenant adéquatement?

Sources:

Comprendre le cerveau: Naissance d’une science de l’apprentissage

The strange case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde

Full Metal Jacket, le film